Viande : ce que vous devez tout de suite faire à la maison pour ne pas être malade

Publicité

L'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation (ANSES) a publié, le 12 juillet 2017, une étude sur les habitudes alimentaires des Français et a constaté que des conduites à risque étaient en hausse, notamment la consommation de viande crue. Découvrez comment limiter les risques pour votre santé.

Publicité

Consommez-vous régulièrement de la viande ? Si oui, prenez le temps de lire les recommandations de L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (Anses). Elle a en effet publié le 12 juillet 2017, une étude, appelée INCA 3, qui porte sur l’évolution des modes de consommation des français en 2014-2015 et sur les conduites à adopter pour prévenir les comportements à risque .

Publicité

Aliments crus : à mettre au froid !

Comment s'est déroulé l'étude INCA 3 ? Elle a rassemblé 3 157 adultes âgés de 18 à 79 ans ainsi que 2 698 enfants âgés de 0 à 17 ans. 150 questions ont été posées aux participants sur leurs habitudes, 13 600 journées de consommation ont été recueillies afin d’enregistrer les habitudes de consommation alimentaire de la population française. Les résultats ont montré que plusieurs pratiques sont en hausse dans les habitudes de consommation : l’ANSES parle d’une "augmentation de la consommation de denrées animales crues (poisson et viande de bœuf notamment), temps plus longs de conservation avant consommation des denrées périssables , dépassements plus fréquents des dates limites de consommation , températures relevées dans les réfrigérateurs parfois inadaptées".
Pour limiter les risques pour la santé liés à la consommation d'aliments crus, l'Agence conseille de placer le poisson cru au froid très rapidement après achat, dans une assiette propre et recouverte d’un film alimentaire . Avant de le consommer, l’ANSES conseille de le congeler à -18° durant une à deux heures . Par ailleurs, elle souligne que la viande crue est meilleure si elle est achetée fraîche chez le boucher , et hachée à l’achat. Il faut la placer immédiatement dans le réfrigérateur à moins de 4°C , après l’avoir transportée dans un sac isotherme . Il est également conseillé de la consommer dans les 12 heures qui suivent.

De nouveaux comportements à risque pour la santé

Autre résultat de cette étude : le statut pondéral et le niveau d’activité physique des Français restent inadaptés. Selon l’ANSES, en 2014-2015, 13% des enfants et adolescents et 34% des adultes (18-79 ans) sont en surpoids, et 4% et 17% sont obèses.
Le mode de vie sédentaire est également en hausse : la moitié des adolescents de 11 à 14 ans et 2/3 des adolescents de 15 à 17 ans sont concernés. Ainsi, en sept ans , "le temps quotidien passé devant un écran, hors temps de travail, a augmenté de 20 minutes en moyenne chez les enfants". Plus de 80% des adultes sont également concernés puisque le temps passé devant un écran a augmenté d’environ 1h20.
Les comportements sont différents en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’étude, de la région . "Ainsi, par exemple, les adultes de 65 à 79 ans consomment plus d’aliments faits maison, les hommes consomment plus de denrées animales crues, les individus ayant un niveau d’étude supérieur ou égal à bac+4 davantage de fruits et deux fois moins de boissons rafraîchissantes sans alcool, et les habitants des grandes agglomérations consomment plus de poissons, confiseries, chocolat et jus de fruits q ue dans les zones rurales (plus de charcuteries, de légumes et de fromages), etc", précise l'ANSES.

Encore trop de sel

Les enfants jusqu’à 10 ans consomment 1,6kg d’aliments et de boissons par jour , selon l’étude. Les adolescents, quant à eux, en consomment 2,2kg et les adultes 2,9 kg . Il y a une grande part d’ aliments transformés ainsi qu’ une trop forte quantité de sel dans les plats . Au contraire, les apports en fibres sont encore trop faibles. Cependant, on constate que beaucoup d’aliments viennent de la propre production des consommateurs ou de celle de leurs proches.

L’étude souligne enfin l’importance de mettre en œuvre des efforts pour améliorer l’alimentation d’un point de vue nutritionne l, mais aussi la promotion de l ’activité physique et la réduction de la sédentarité . Les principales sources d’information chez les adolescents sont la famille, la publicité, les enseignants et les emballages des produits . Chez les adultes, ce sont tout d'abord les médias traditionnels (radio, télévision…) puis les proches.

Vdéo. Pourquoi vous devriez éviter ces aliments au dîner

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité