Alzheimer : une mauvaise nuit de sommeil suffit à obstruer votre cerveau

Publicité

Une nouvelle étude américaine révèle que le manque de sommeil pourrait stimuler les protéines du cerveau responsables du développement de la maladie d'Alzheimer.

Publicité

© Adobe StockUne bonne nuit de sommeil pourrait éviter de développer une maladie grave. Les chercheurs de l'Université de Washington à Saint-Louis aux Etats-Unis ont découvert qu'un cerveau éveillé pendant la nuit pourrait voir ses niveaux de protéines bêta-amyloïdes augmenter. Cette hausse pourrait potentiellement provoquer des changements dans le cerveau pouvant aboutir à la démence, responsable notamment de la maladie d'Alzheimer.

25 à 30% plus susceptibles de développer Alzheimer

Les scientifiques ont étudié huit personnes âgées de 30 à 60 ans sans problème de sommeil. Les participants ont été soumis au hasard à l'un des trois scénarios suivants : avoir une nuit de sommeil normale sans l'aide de somnifères, rester éveillé toute la nuit ou dormir après un traitement avec de l'oxybate de sodium, un médicament sur ordonnance prescrit pour les troubles du sommeil. L'oxybate de sodium augmente la phase de sommeil profonde lente, sans rêves, dont les gens ont besoin pour se sentir frais et en forme au réveil. Les chercheurs ont surveillé les participants sur une durée de 36 heures, du réveil à l'après-midi du jour suivant. Ils ont ensuite prélevé des échantillons du liquide entourant le cerveau et la moelle épinière (liquide cérébro-spinal) toutes les deux heures pour examiner les variations de niveaux des protéines bêta-amyloïdes.

Les résultats montrent que les taux de bêta-amyloïdes chez les personnes privées de sommeil étaient 25 à 30% plus élevés que chez celles qui avaient dormi toute la nuit. Après une nuit d'insomnie, les niveaux de protéines étaient donc à égalité avec les niveaux observés chez les personnes génétiquement prédisposées à développer la maladie d'Alzheimer à un jeune âge.

"Une nuit blanche n'a probablement aucun effet sur votre risque global d'Alzheimer."

Un des auteurs de l'étude, Brendan Lucey a déclaré : "Je ne veux pas que les gens pensent qu'ils vont avoir la maladie d'Alzheimer parce qu'ils ont passé une nuit blanche à l'université" avant de poursuivre : "une nuit éveillée n'a probablement aucun effet sur votre risque global d'Alzheimer. Nous sommes vraiment beaucoup plus préoccupés par les personnes ayant des problèmes de sommeil chroniques." Lorsque les niveaux de cette protéine sont élevés dans le cerveau, les bêta-amyloïdes peuvent se rassembler et former une plaque capable d'obstruer le fonctionnement du cerveau. Cette formation peut endommager les neurones voisins et déclencher des modifications cérébrales importantes. Les cerveaux des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer sont parsemés de plaques similaires.

Néanmoins, d'autres études sont nécessaires pour déterminer si l'amélioration du sommeil chez les personnes ayant des problèmes de sommeil peut réduire les niveaux de bêta-amyloïde et le risque de maladie d'Alzheimer.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité