Un symptôme qui rend les femmes à risque de développer un cancer du sein

Publicité

Si les causes du cancer du sein sont multiples, des chercheurs viennent d'en découvrir une nouvelle. Leur étude montre une nouvelle fois à quel point l'interaction entre plusieurs pathologies dans le corps humain peut s'avérer importante et encore inconnue.

Publicité

Les maladies parodentales sont très répandues et demeurent pendant plusieurs années asymptômatiques. Mais dès les premiers signes d'alerte, il est important de consulter un spécialiste car leur impact sur l'état de santé général, en particulier cardiovasculaire, est avéré. Ainsi des chercheurs de l'université de Buffalo affirment que les femmes qui en souffrent sont plus à risque de développer un cancer du sein, surtout si elles fument ou si elles ont récemment arrêté de fumer. Un nouveau risque qui demeurait jusqu'ici inconnu.

Leur étude publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention explique que les bactéries parodontales, qui forment la plaque dentaire, auraient un effet sur d'autres parties du corps, y compris le tissu mammaire. "Nous savons qu'il y a des bactéries dans le tissu mammaire et nous savons qu'il y a des bactéries dans le lait maternel. Les femmes qui avaient la maladie parodontale avaient une petite augmentation du risque de cancer du sein dans l'ensemble", explique la principale auteur de l'étude Jo Freudenheim.

Publicité
Plusieurs causes possibles

Les chercheurs ont examiné les données autodéclarées de plus de plus de 73 000 participantes, toutes ménopausées et en bonne santé. Celles-ci ont été suivies en particulier sur le diagnostic du cancer du sein. Les scientifiques ont constaté que les femmes qui fumaient ou qui avaient cessé de fumer au cours des vingt dernières années, donc plus susceptibles de souffrir de cette maladie qui touche et détruit les tissus de soutien des dents, avaient 36% de risque en plus de développer un cancer du sein par rapport aux autres patientes.

"Il est clair que de nombreuses parties différentes du corps que l'on croyait être stérile contiennent des bactéries et d'autres microbes," précise le Dr Freudenheim. Ces bactéries peuvent influencer des maladies que l'on croyait ne pas avoir de composante infectieuse." Plusieurs causes sont évoquées pour expliquer cet impact : les bactéries de la cavité buccale entrent dans le sang à cause du brossage des dents ou de la mastication et si elles sont éliminées rapidement, certaines s'accumulent dans les tissus du sein.<

La deuxième possibilité est que "l'inflammation dans une partie du corps peut avoir un impact sur d'autres maladies chroniques", énonce le Dr Freudenheim. Enfin, il se peut aussi qu'il existe d'autres facteurs qui augmentent à la fois le risque de ces deux pathologies. "Nous commençons à comprendre combien l'interaction du microbiome affecte notre santé à la fois en terme d'infections aiguës et de maladies chroniques", expliquent les scientifiques qui précisent toutefois qu'ils ne savent pas si le fait de traiter la maladie parodentale permet de réduire le risque de cancer du sein.
sein.

Vidéo. La gingivite

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité