Un médicament anti calvitie dangereux pour votre vie intime

Un médicament anti calvitie dangereux pour votre vie intime©Istock

Le Propecia®, utilisé pour traiter la calvitie mais aussi certains problèmes de prostate, peut entraîner de sérieux troubles érectiles. Des scientifiques italiens et américains ont tenté de voir si la dysfonction pouvait persister dans le temps malgré l'arrêt du traitement.

Publicité

Messieurs, on ne peut pas tout avoir : si vous prenez du finastéride (Propecia® et génériques) pour traiter votre calvitie, vous avez 5 fois plus de risque de souffrir de dysfonctions érectiles (baisse de libido, troubles de l’érection et troubles de l’éjaculation), selon une étude des universités Northwestern de Chicago (Etats-Unis) et de Catane (Italie). Les chercheurs ont tout particulièrement tenté de savoir si la durée de l’exposition à ce médicament avait un impact particulier, et si les troubles persistaient après l’arrêt du traitement.

Publicité

Des troubles suite à une prise de plus de 90 jours

L’étude à été conduite sur les médicaments inhibiteurs de 5-alpha réductase (5α-RI.), dont font partie le finastéride, mais aussi le dutastéride (Avodart®). Ces deux médicaments sont utilisés à l’origine pour le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate, car ils bloquent l’hormone mâle testostérone.
Les scientifiques se sont référés à une base de donnée comprenant presque 700 000 hommes, dont 17 475 exposés aux 5α-RI. Ils ont constaté que parmi les hommes qui prenaient l’un ou l’autre traitement pour un problème de prostate, 1 sur 17 avait une dysfonction érectile contrairement à ceux qui n’en prenaient pas. Le chiffre tombait à 1 sur 31 quand il s’agissait de traiter uniquement la calvitie avec le finastéride. Les troubles étaient surtout liés à une prise de médicaments depuis plus de 90 jours.

La prise de drogue également en cause

Cependant dans presque tous les cas, l’arrêt du traitement permettait aux hommes de retrouver une vie sexuelle normale. Seule 1,4% avait un problème persistant après l’arrêt, notamment les hommes jeunes (même après une faible dose). Les scientifiques ont également souligné que les dysfonctions érectiles étaient aussi liées à la prise de drogue et que l’arrêt entraînait également la fin du problème.

Vidéo. L'astuce anti chute de cheveux

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité