Trop d’hygiène favoriserait la maladie d’Alzheimer

Publicité

Des chercheurs britanniques ont fait le lien entre l’amélioration des conditions de vie et de l’hygiène et l’augmentation du nombre de cas d’Alzheimer.

Publicité

main_petite© Fotolia

L’étude parue dans la revue Evolution, Medicine and Public Health , met en avant l’"hypothèse de l’hygiène" dans la hausse du nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Après avoir analysé la présence de cette maladie dans 192 pays et étudié la diversité des microbes dans chacun d’eux, les chercheurs ont constaté que les pays les plus touchés étaient ceux où le niveau d’hygiène était élevé et le risque de tomber malade faible. Comme d'autres pays où tout le monde a accès à l’eau potable, la France a un taux d’Alzheimer de 9% supérieur à la moyenne.
L’explication est logique selon les chercheurs de l’Université de Cambridge : les sociétés devenant de plus en plus propres, nous sommes de moins en moins en contact avec des bactéries et autres agents infectieux, indispensables au développement de notre système immunitaire. Ils suggèrent donc que le développement de la maladie d’Alzheimer se rapprocherait de celui d’une maladie auto-immune, soit quand le système immunitaire s’attaque à l’organisme. Choisir entre propreté et santé, la donne a bien changé...

Publicité
Source : Good hygiene may be to blame for soaring Alzheimer's, The Telegraph , 4 septembre 2013

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité