Thé : pourquoi cette boisson vous protégerait d’Alzheimer

Thé : pourquoi cette boisson vous protégerait d’Alzheimer©iStock

Cette boisson consommée dans le monde entier pourrait protéger contre le déclin cognitif, à condition de la boire au quotidien. Explications.

Publicité
Publicité

Il est déjà connu pour ses vertus anti âge, ses effets minceurs et ses bienfaits contre le cancer. Mais ce n’est pas tout : le thé permettrait aussi de protéger ceux qui en boivent au quotidien contre le risque de développer une maladie d’Alzheimer, selon des chercheurs en médecine gériatrique de l’université de Singapour.

Publicité

Un risque de déclin cognitif abaissé de 50%

Ces scientifiques expliquent dans le Journal of Nutrition, Health & Aging avoir collecté les données de santé et d’habitudes nutritionnelles de 957 adultes chinois de plus de 55 ans entre 2003 et 2010. Ils ont notamment relevé en quelle quantité et à quelle fréquence les participants buvaient du thé, et le type de thé qu’ils consommaient. En parallèle, les chercheurs ont évalué les fonctions cognitives de ces participants. Résultat : comparés aux adultes qui buvaient peu de thé, les consommateurs réguliers de cette boisson chaude présentent un risque plus faible de 50% de déclin cognitif , signe précurseur d’une maladie d’Alzheimer. Mieux, même les adultes qui possèdent le gène (appelé APOE e4) associé à une occurrence plus élevée d’Alzheimer voient leur risque s’abaisser de 86% quand ils boivent régulièrement du thé .

Thé vert, thé noir et thé oolong

Mais tous les thés sont-ils efficaces ? Selon les chercheurs, le bénéfice existe si le thé a été élaboré à partir de feuilles de thé, ce qui est le cas pour le thé vert, le thé noir et le thé oolong . Plus précisément, les vertus anti Alzheimer seraient liées aux composés tels que les théflavines, les catéchines ou encore les théarubigines présents dans ces types de thé. "Ces composés présentent un potentiel anti-inflammatoire et antioxydant et d'autres propriétés bioactives qui peuvent protéger le cerveau contre les dommages vasculaires et la neurodégénérescence", explique Feng Lei, co-auteur de l’étude, cité par le site Medical News Today. Mais ce chercheur reste prudent : "Notre compréhension des mécanismes biologiques détaillés est encore très limitée, nous avons donc besoin de plus de recherches pour trouver des réponses définitives", tempère-t-il. Il conseille néanmoins d’appliquer cette mesure simple et peu coûteuse qu’est la consommation quotidienne de thé pour réduire le risque de troubles neurocognitifs. Vous prendrez bien une petite tasse de thé ?

Vidéo. Alzheimer : les symptômes d'alerte

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité