Surpoids, téléphone portable, sédentarité : des risques pour le sperme

Publicité

Selon une étude polonaise, des facteurs tels que l'obésité, la sédentarité, des sous-vêtements trop serrés, ou encore l'usage du téléphone portable nuisent à la qualité du sperme.

Publicité

spermep© Fotolia Au cours des dernières décennies, les problèmes d'infertilité masculine se sont accrus et notamment en France, où le nombre de spermatozoïdes présents dans le sperme a diminué. En cause : l'environnement et des changements de mode de vie, comme le souligne une étude menée par Joanna Jurewicz du Nofer Institute of Occupational Medicine (Pologne).
L'objectif de cette recherche était d'examiner l'association entre certains facteurs liés au style de vie et les paramètres du sperme. Les chercheurs ont ainsi étudié 344 hommes en bonne santé, âgés de moins de 45 ans, et qui avaient consulté dans une clinique d'infertilité pour un diagnostic. Résultats : la concentration du sperme était normale - 20 à 300 M/mL - ou présentait une légère oligozoospermie (une quantité anormalement faible de spermatozoïdes). 41,6% des patients étaient non-fumeurs et 14,5% avaient une maladie qui pouvait avoir un impact sur la fertilité, commes les oreillons ou une cryptorchidie (l'absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum).

Des habitudes que l'on peut modifier

Publicité
Les chercheurs se sont intéressés aux éléments sur lesquels il est possible d'agir :
- l'indice de masse corporelle (IMC) : la plupart des participants étaient en surpoids (46,5%) ou obèses (21%). Un IMC élevé limitait le volume de sperme et le pourcentage de motilité, c'est-à-dire le nombre de spermatozoïdes mobiles
- l'activité physique : elle était associée de manière positive avec la concentration de sperme ; les hommes actifs ont des taux plus élevés d'hormones importantes pour la reproduction (testostérone, hormone LH, hormone FSH)
- le téléphone portable : 24% des hommes étudiés l'utilisaient depuis plus de 10 ans ; sur cette durée, l'utilisation du téléphone portable était lié à une diminution du pourcentage de cellules mobiles
- les sous-vêtements : 41% des hommes portaient des boxers, ce qui avait un rapport avec un moindre nombre d'anomalies des spermatozoïdes
- le café : la consommation de café 1 à 6 fois par semaine, tous les jours, était positivement associée au pourcentage de cellules mobiles. Cependant, boire du café tous les jours augmentait le pourcentage d'anomalies.

A noter que d'autres facteurs environnementaux, et peut-être certains laitages, pourraient également influencer la qualité du sperme.

Source : Lifestyle and semen quality: role of modifiable risk factors, Systems Biology in Reproductive Medicine , 30 septembre 2013

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité