Souffrant d'orgasmes à répétition, elle se donne la mort...

Publicité
Publicité

orgasme excitation génitale persistante gretchen molannen Atteinte du " syndrome d'excitation génitale persistante ", Gretchen Molannen pouvait avoir des dizaines d'orgasmes dans une même journée. Epuisée psychologiquement par cette maladie qui lui gâchait la vie depuis plus de 15 ans, elle s'est donnée la mort. "J'aimais la vie avant ça. Mais ça a tout détruit. Ce n'est pas vivre. Je pense au suicide tout le temps. J'aimerais aimer la vie mais", avait-elle confié au Tampa Bay Times . Un jour, elle se souvient avoir eu jusqu'à 50 extases. "J'ai cru que j'allais mourir. C'était la pire journée de ma vie. Je ne pouvais même pas m'arrêter pour boire un verre d'eau. J'étais trempée de sueur. Chaque centimètre carré de mon corps me faisait mal. Mon coeur battait la chamade."
Le syndrome d'excitation génitale persistante a été décrit pour la première fois en 2001 par deux sexologues américaines, Sandra Leiblum et Sharon Nathan. Les femmes qui en sont atteintes ressentent une tension au niveau vaginal ou clitoridien très proche des sensations de l'orgasme mais sans l'atteindre vraiment. Ces sensations se manifestent sans qu'il n'y ait aucun désir sexuel. Elles peuvent être désagréables, voire douloureuses et sont très difficiles à vivre.

Publicité

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité