Sexualité : Pour Sophie Davant, à 50 ans, il faut être "créative"

Publicité

Comme toutes les femmes, Sophie Davant a vu sa sexualité un peu chamboulée à l'arrivée de la cinquantaine. Elle en parle ouvertement dans son livre "Ce que j'ai appris de moi, Journal d'une quinqua" et donne quelques conseils.

Publicité

50 ans est une étape dans la vie d'une femme. Notamment sur le plan intime. Pour l'animatrice Sophie Davant, "le plaisir est là comme avant" et "même peut-être plus intense" car le corps "est devenu notre meilleur ami". Ce qui est un peu moins vrai en matière de désir sexuel. "Vous allez rire, comme je l'ai fait chez mon gynécologue le jour où il m'a affirmé que les problèmes de sécheresse vaginale étaient parfois étroitement liés à une situation amoureuse ou maritale ronronnante, voire déliquescente, raconte-t-elle dans son livre Ce que j'ai appris de moi, Journal d'une quinqua* . Les muqueuses vaginales s'assécheraient en raison d'un déficit hormonal. On le savait. Mais selon certaines études, l'absence de désir aggraverait la situation. Forcément on s'interroge."

"Ne restons pas passives face à la perte de désir"

Publicité
Et, comme toutes les femmes de cet âge, l'animatrice s'est retrouvée face au problème de devoir "tenter de trouver des pistes intimes plus excitantes". Rapidement, une évidence s'est imposée : la femme doit être "créative dans ce domaine". "Surtout ne restons pas passives face à la perte de désir, conseille-t-elle. Ne laissons pas la frustration gagner du terrain. A 50 ans, tout est possible." Ainsi, celle qui a "vécu des histoires, souvent longues et passionnelles, parfois impossibles" s'est fixée "une ligne à suivre : rester vivante, vibrer."

Vidéo. Les secrets du désir féminin



*Albin Michel, 2015.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité