Sel et sclérose en plaques : le lien qui inquiète

Publicité

Des scientifiques argentins ont mis en évidence le lien entre une trop grande consommation de sel et l'accélération de la progression de la sclérose en plaques.

Publicité

Faut-il réguler la consommation de sel chez les personnes atteintes de la sclérose en plaques (SEP) ? C'est ce que suggère une étude argentine menée sur 70 malades et publiée dans le Journal of Neurology . Pendant 9 mois, les chercheurs ont effectué des tests sanguins et d'urine pour évaluer le niveau de sel dans le sang et suivre l'évolution de la créatinine. Cette substance est un marqueur qui permet de connaître l'évolution de la SEP.

3,5 fois plus de risques de voir progresser la maladie ?

Publicité
Chez tous les participants, la consommation de sel était en moyenne de 4 g par jour. A la fin de l'étude, les chercheurs ont constaté que les symptômes de la maladie étaient plus importants chez les volontaires ayant une consommation modérée (entre 2 et 4,8g) à forte (plus de 4,8g) de sel. De plus, ceux ayant un taux élevé de sel seraient 3,5 fois plus à risque de montrer des signes de progression de la sclérose en plaques. Les chercheurs restent néanmoins prudents : ces résultats ne permettent pas de confirmer que le sel est bien la cause de cette aggravation, il peut aussi être un simple marqueur de l'évolution de la maladie.

U ne vidéo pour en savoir plus sur la sclérose en plaques :

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité