Schizophrénie : un test rapide pour savoir si vous êtes à risque

Publicité

Que se passe-t-il lorsque vous vous chatouillez vous-même ?  Votre réaction pourrait être l'indicateur d'un risque de schizophrénie, révèle une étude française.

Publicité

Normalement nous sommes beaucoup moins chatouilleux lorsque nous nous le faisons nous-mêmes (ou que nous effectuons volontairement toute action envers nous-mêmes) que lorsque quelqu’un nous chatouille. Selon des chercheurs de l’Université de Lille, le fait de conserver sa sensibilité face à un acte prévisible pourrait être le signe d’un risque de schizophrénie.

Notre processus de prédiction, qui nous informe d’un acte volontaire de notre part, réduit l’activité du cerveau et donc certaines sensibilités. Cet effet, appelé "copie efférente", part du cerveau et se dirige vers les organes concernés en traversant les vaisseaux sanguins.
Cependant, lorsque le processus est altéré, ce qui est le cas dans la schizophrénie, il a une moins bonne reconnaissance des actions volontaires et peut même attribuer l’évènement auto-généré à une cause extérieure.

Publicité
Pour les shizophrènes, c'est comme si les chatouilles provenaient d'un tiers

Pour aboutir à cette conclusion , les chercheurs ont soumis à 397 participants un questionnaire de personnalité permettant d’identifier un profil schizophrène. Parmi eux, 80 personnes (40 avec un haut taux de schizophrénie et 40 avec un faible taux) ont été invitées à remplir le questionnaire complet. Et enfin parmi les plus hauts taux, 27 ont été sélectionnés (17 femmes et 10 hommes d’âge moyen 23 ans) pour participer à l’étude principale. Parmi les plus faibles taux, 27 personnes (16 femmes et 11 hommes) ont également été retenues.

Les participants ont dû se chatouiller eux-mêmes, puis ont été chatouillés en étant prévenus par un signal sonore. Enfin tous ont été soumis au chatouillement de manière imprévisible.
Résultat : les personnes aux scores de schizophrénie élevés ont trouvé que L'auto-chatouillement avait autant d’effet que lorsque cela était infligé par un tie

Publicité
"Étant donné que le mécanisme de prédiction sensoriel est impliqué dans la différenciation entre les sensations auto-produites et celles qui viennent de l’extérieur, une perte de l’atténuation du chatouillement chez les participants à fort taux schizophrénique pourrait être associée à leur moindre capacité à contrôler leur propres actions" ont déclaré les scientifiques.
iques.

Vidéo. Dans les méandres du cerveau



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité