Prostate : une pilule à la tomate pour cesser de se lever toute la nuit

Publicité

Des chercheurs de l’université de Cambridge au Royaume-Uni ont mis au point une "super-pilule" à la tomate qui pourrait réduire l’inflammation de la prostate. De quoi diminuer le nombre d’aller-retour aux toilettes mais aussi le risque de cancer de la prostate.

Publicité

© FotoliaL’hypertrophie (ou hyperplasie) bénigne de la prostate est une affection liée à l’âge, qui se caractérise par une augmentation de la taille de la prostate. Trop volumineuse, celle-ci finit par comprimer l’urètre et faire pression sur la vessie, ce qui occasionne des besoins fréquents d’uriner.

Pour y remédier, des chercheurs de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) ont peut-être trouvé la solution. Ils ont mis au point une "super-pilule" à base de tomates, qui pourrait mettre fin au besoin incessant d’uriner tout en réduisant le risque de cancer de la prostate.

Publicité
En réalité, la pilule contient de l’Alteronon XY, un lycopène de la famille des caroténoïdes qui donne la couleur rouge de la tomate. Déjà connu pour son rôle protecteur dans les affections cardiovasculaires, ce composé agirait en réduisant le volume des parties glandulaires de la prostate qui appuient sur la vessie.

Dans un article du journal britannique The Mirror, Anthony Shorter, un homme de 77 ans, raconte que grâce à cette pilule lui qui avait l’habitude d’aller aux toilettes près de 12 fois par jour et cinq fois par nuit a vu ses symptômes diminuer. "Le fait d’avoir enfin des nuits complètes après avoir été dérangé pendant des années par des envies d’uriner, a rempli ma vie de joie", a-t-il déclaré.

Bientôt une étude clinique pour confirmer ces résultats

Une entreprise de biotechnologie de Cambridge souhaite désormais mener une étude clinique sur des volontaires pour confirmer les effets bénéfiques de cette pilule.
"Nous pensons que le fait de prendre du lycopène en supplément, qui a peu d’effets indésirables comparé aux médicaments classiques, pourrait avoir des bénéfices supplémentaires", espère ainsi le Professeur Hiten Patel, l’urologiste londonien qui sera chargé de superviser l’étude. "Nous espérons que cette étude montrera une hausse de la qualité de vie."

Vidéo. Tout savoir sur l'hypertrophie bénigne de la prostate

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité