Prostate : les hommes qui ont moins de testostérone seraient moins à risque de cancer

Publicité

Des chercheurs de l'Université d'Oxford ont découvert qu'un faible niveau de testostérone chez l'homme était associé à un moindre risque de cancer de la prostate.

Publicité

© Adobe StockUne étude menée par des chercheurs de l'Université d'Oxford et présentée à la Conférence sur le cancer de l'Institut National de recherche sur le cancer (NCRI) à Liverpool révèle que les hommes ayant de faible taux de testostérone seraient moins à risque de développer un cancer de la prostate.

Réduit le risque de cancer de 21%

L'étude, financée par Cancer research UK, s'est basée sur les échantillons de sang d'environ 19 000 hommes âgés de 34 à 76 ans, recueillis entre 1954 et 2004. 6900 d'entre eux ont développé un cancer de la prostate par la suite. Les scientifiques ont divisé les sujets en 10 groupes, des hommes ayant le plus faible taux de testostérone à ceux ayant le taux le plus élevé et en comparant leur risque de cancer de la prostate. Les résultats :

Publicité

- le groupe d'hommes ayant les plus faibles niveaux de testostérone étaient moins susceptibles de développer un cancer de la prostate que tous les autres.

- pour les 90% d'hommes ayant une testostérone normale ou élevée, les taux d'hormone ne faisaient aucune différence.

- le groupe d'hommes ayant les niveaux de testostérone les plus bas étaient 21% moins susceptibles d'avoir un cancer.

La maladie se développe grâce à l'hormone

Le cancer de la prostate a besoin de testostérone pour se développer. L'hormonothérapie, le traitement du cancer de la prostate, bloque ou réduit la quantité de testostérone dans le corps. En effet, la croissance tumorale est largement corrélée aux hormones mâles que sont la testostérone et la dihydrotestostérone (DHT). Pour inhiber les effets de ces androgènes, les médecins préconisent l'administration de différentes hormones : analogues de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH),anti-androgènes, antagonistes de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH),œstrogènes…

Le rôle de la testostérone dans le cancer de la prostate

Lors de la conférence sur le cancer du NCRI, le professeur Tim Key, co-auteur de l'étude, a déclaré: "Ceci est une découverte biologique intéressante qui pourrait nous aider à comprendre comment le cancer de la prostate se développe et progresse. Jusqu'à présent, nous n'avions pas une idée claire du rôle joué par la testostérone dans le risque de cancer de la prostate. C'est la première étude de population à soutenir la théorie selon laquelle le risque est abaissé en dessous d'un certain seuil de l'hormone." Le professeur Matt Seymour, directeur de la recherche clinique du NCRI, a ajouté : "Les hormones jouent un rôle fondamental dans la fonction de la prostate et dans le développement et la progression du cancer. Nous connaissons très peu de choses sur les facteurs de risque du cancer de la prostate. Cette recherche soulève donc des questions intéressantes à approfondir." Les résultats de cette étude pourraient donc aider à concevoir une nouvelle approche de la maladie.

Publicité

Vidéo. Le cancer de la prostate

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité