Prostate : deux fois plus d'erreurs médicales avec la chirurgie par robot

Une étude américaine révèle que le recours à la robotique en chirurgie lors d'une ablation de la prostate doublerait le risque d’erreur médicale.

Publicité
Publicité

Depuis quelques années, les hommes devant se faire retirer la prostate se sont vus proposer par certains praticiens une chirurgie robotisée. Mais si le procédé a pu être qualifié de révolutionnaire à ses débuts (malgré un coût plus élevé), une étude américaine montre aujourd'hui qu'il double le risque d’erreur médicale.

Les chercheurs de la San Diego School of Medicine à l’origine des travaux ont analysé les indicateurs de sécurité des patients entre 2003 et 2009. Ces indicateurs ont été mis en place par l’Agence américaine pour la recherche en santé et qualité (AHRQ). Ils ont constaté que les erreurs lors de prostatectomies robotiques minimalement invasives (MIRPs) étaient deux fois plus nombreuses que lors d’interventions classiques.

Publicité
Des chirurgiens pas assez formés

Si les chercheurs ne pointent pas du doigt la machine, ils alertent sur le manque de formation des chirurgiens utilisant ces robots. "La prostatectomie robotique par des chirurgiens expérimentés s’est avérée très bénéfique pour les patients. Avec moins de perte de sang, moins d’infections et la réduction des durées d’hospitalisation", a déclaré Kellogg Parsons, chirurgien oncologue et principal auteur de l’étude.

Les scientifiques notent cependant que les chirurgiens semblent de plus en plus à l’aise avec l’utilisation des robots. Ils souhaitent que des normes d’accréditations plus strictes soient mises en place.

Mieux comprendre l'ablation de la prostate :

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité