Pourquoi vous avez toujours faim

Publicité

Cette petite part de tarte vous tente bien, et pourtant vous veniez de reposer votre fourchette. Des scientifiques allemands se sont penchés sur l’hormone coupe-faim, la leptine, pour essayer de comprendre pourquoi certaines personnes ont toujours faim.

Publicité

Mais qu’est-ce qui nous pousse à nous resservir alors que nous savons que nous avons atteint nos limites ? Selon une étude de chercheurs allemands du centre Helmholtz (Munich), de l’université technique de Munich et du centre allemand de recherches sur le diabète (DZD), l’absence d’une enzyme pourrait expliquer la résistance de certaines personnes à la leptine, l’hormone coupe-faim.

Une résistance à l'hormone coupe-faim

Publicité
Notre appétit est lié à deux hormones clés, la ghréline et la leptine, la première nous indique notre faim, et la seconde que nous sommes rassasié.
Récemment des scientifiques ont découvert que les personnes en surpoids avaient beaucoup de leptine mais étaient particulièrement résistantes à son message. Les cellules du cerveau censées lire ses signaux n’y verraient jamais l’indication coupe-faim nécessaire, peu importe la quantité de nourriture consommée. Perturbé, il donnerait au contraire des instructions pour augmenter l’énergie, les aliments riches en sucre et en matières grasses étant les meilleurs clients face à un tel besoin.
La personne serait d’autant plus vulnérable que la leptine est également chargée de supprimer le sentiment de plaisir, et indirectement l’appétit, face à la nourriture en supprimant la dopamine dans le cerveau.

Une explication à l’effet yoyo des régimes

Etudiant ce mécanisme "leptino-résistant" sur la souris, des scientifiques allemands ont découvert l’absence d’une enzyme, "désacétylase histone 5 (HDAC5 )" chez les sujets concernées. Cela pourrait également expliquer l’effet "yoyo" des régimes. "HDAC5 est un maillon important dans la communication entre notre graisse et le centre de la faim dans le cerveau", a déclaré le Dr Paul Pfluger, de l'Unité de recherche neurobiologie sur le diabète "En plus des changements essentiels dans le comportement alimentaire et l’exercice, à l'avenir les effets de la leptine pourraient être une cible potentielle de médicaments pour soutenir le processus de perte de poids."

Vidéo. Le diabète en images

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité