Jeûner 5 jours par mois serait bon pour le coeur

Publicité

Des chercheurs américains expliquent dans leur étude, publiée dans la revue Cell, la raison pour laquelle faire un jeûne de quelques jours réduirait les risques cardiovasculaires. 

Publicité

© FotoliaD’après les bouddhistes, le jeûne améliorerait la spiritualité, mais selon des chercheurs américains de l’Université de Californie du Sud, cela aiderait à réduire les risques cardiovasculaires et vivre plus longtemps en bonne santé. Dans une étude, qu’ils ont publiée dans le journal Cell , l’équipe affirme que réduire l’apport calorique pendant 5 jours par mois améliorerait l’immunité et atténuerait le risque de certaines pathologies comme les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète et le déclin cognitif. L’action de cette privation de nourriture agirait sur le corps comme une sorte de redémarrage des fonctions du corps. Cela engendrerait un rééquilibre des taux de glucose et d’insuline dans le corps et la diminution des inflammations. Le sang se renouvellerait de façon saine étant donné qu’au bout de quelques jours sans nourriture, il parviendrait à se débarrasser des composés néfastes pour le coeur. Au bout de 2 à 3 jours de jeûne, le système immunitaire subirait une régénération ce qui formerait une protection plus puissante contre les maladies en générale et contre les effets des toxines.

Une étude pilote sur les hommes

Publicité
Publicité
Avant de tester leur expérience sur les humains, les chercheurs ont d’abord observé l’effet du jeûne sur des souris soumises deux fois par mois à un régime hypocalorique (sans calories) pendant 4 jours. Leur santé s’est améliorée avec une réduction de risque cardiovasculaires et une augmentation de synthèse de nouveaux neurones. Ce test a ensuite été réalisé sur des volontaires âgés en moyenne de 40 ans. Ils ont subi un régime alimentaire ressemblant au jeûne d’une période de 5 jours pendant 3 mois. Les scientifiques ont mesuré les marqueurs de leur état de santé. Ils ont ensuite comparé les sujets à un groupe n’ayant rien changé dans leur alimentation. Résultat ? Les participants ayant pratiqué le régime ont montré une diminution importante de glycémie et d’inflammation. Les facteurs responsables des tumeurs ont également baissé. Etant donné que cette expérience a été bien tolérée par les volontaires, les scientifiques aimeraient procéder à des essais cliniques afin de connaitre réellement tous les impacts sur la santé de ce régime.
me.

Vidéo. La mode du régime "détox"



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité