Pourquoi les muscles fondent avec l'âge

Publicité

Des chercheurs français ont découvert que la fonte musculaire dont souffrent les personnes âgées serait due à la répression, croissante au fil des ans, d'un gène dans nos cellules souches. 

Publicité

Avec l'âge, les muscles se montrent moins performants et perdent leur taille. Un phénomène inéluctable qui s'explique par l'épuisement progressif de notre réserve de cellules souches musculaires (CSM). Mais comment expliquer qu'elles ne peuvent plus maintenir la masse musculaire ? Des chercheurs de l'Inserm ont découvert le mécanisme moléculaire à l'origine de cet épuisement : cette baisse du stock de CSM est causée par l'inhibition progressive d'un gène nommé Sprouty1.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont prélevé des cellules souches musculaires de sept volontaires âgés de 20 et sur 14 autres volontaires âgés de 80 ans. En les analysant in vitro, l'équipe a d'abord constaté que les CSM des personnes âgées ne meurent pas plus que celles des jeunes. La réponse se trouve plutôt dans leur incapacité à s'autorenouveler, afin qu'il y ait toujours un stock initial de CSM lorsque le muscle doit être régénéré ou réparé.

Publicité
Une piste thérapeutique

Dans cette situation, toutes ses CSM sont activées et prolifèrent pour fusionner avec les fibres musculaires et les renforcer. Mais une petite partie se remet en sommeil pour renouveler cette opération quand il le faudra, un phénomène que les scientifiques appellent "quiescence". Des expériences conduites in vitro ont montré que la proportion de CSM entrant en quiescence est effectivement plus élevée chez les sujets jeunes que chez les personnes âgée

Publicité
"Ainsi, à cause de l'inhibition progressive de Sprouty1 avec l'âge, de moins en moins de CSM entreraient en quiescence, ce qui épuiserait la réserve", résume Stéphanie Duguez, co-auteur de l'étude. Les chercheurs ont en outre découvert que c'est l'ADN des CSM qui inhibait le gène. Ces résultats ouvrent une nouvelle piste de recherche pour lutter contre le vieillissement cellulaire et aussi soigner les myopathies. L'idée serait notamment de développer des molécules thérapeutiques.
ques.

Vidéo. Des chercheurs parviennent à soigner des chiens de la myopathie


Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité