Pourquoi les hommes ne doivent pas faire l’amour trop souvent

Pourquoi les hommes ne doivent pas faire l’amour trop souvent

Une étude américaine menée par l'Université du Michigan a montré que faire l'amour trop souvent n'était pas bon pour la santé des hommes... au contraire des femmes.

Publicité
Publicité

Marre de lui faire le coup de la migraine ? Optez pour l'argument santé ! Dans une étude publiée le 6 septembre par l'Université du Michigan, des chercheurs ont prouvé que les hommes qui faisaient l'amour une fois par semaine ou plus étaient plus à risque d'attaques cardiaques que les autres. A l'inverse pour les femmes, des rapports sexuels fréquents réduiraient leur risque d'hypertension. "Ces résultats remettent en question l'hypothèse largement répandue selon laquelle le sexe apporte des avantages similaires à tous" a réagi Hui Liu, professeur agrégé de sociologie qui a participé aux recherches. Avec ses collègues, elle a analysé les données de 2204 personnes âgées de 57 à 85 ans. Le risque cardiovasculaire et l'hypertension ont été mesurés.

Publicité

Deux fois plus de risque d'attaques dans les 5 ans

Les volontaires masculins qui faisaient l'amour plus souvent étaient donc plus à risque de subir un accident cardiovasculaire dans les cinq ans qui suivaient l'étude que ceux qui étaient sexuellement inactifs. "Ceux ayant des rapports sexuels une fois par semaine ou plus avaient un risque presque deux fois plus élevé, a déclaré Hui Liu. En outre, les hommes plus âgés qui ont trouvé les rapports sexuels avec leur partenaire extrêmement agréables ou satisfaisantes avaient aussi un risque plus élevé d'événements cardiovasculaires que les hommes qui ne se sentaient pas si bien."

Trop de fatigue et de stress pour faire l'amour !

Pourquoi ? Selon les scientifiques, les hommes plus âgés ont plus de mal à atteindre l'orgasme, ils se fatiguent davantage que les plus jeunes au moment de l'acte et sont plus stressés car soucieux de leurs performances ce qui impacte leur système cardiovasculaire. De plus, les niveaux plus bas de testostérone et l'utilisation de médicaments pour améliorer la fonction sexuelle pourraient jouer un rôle. Selon la chercheuse, "les médecins doivent parler aux patients âgés de sexe masculin des risques potentiels liés à une activité sexuelle trop importante et dépister ceux qui seraient plus à risque d'accidents cardiovasculaires".

Pour les femmes, en revanche, les résultats de l'étude sont totalement différents. "Une bonne qualité de vie sexuelle peut les protéger du risque cardiovasculaire" a commenté Hui Liu.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité