Pourquoi faire l’amour aide à lutter contre la maladie d’Alzheimer

Publicité

Une étude démontre que les personnes actives sexuellement après 50 ans ont plus de chance de préserver leurs fonctions cognitives. Le secret se trouverait dans la réaction chimique que provoque le sexe sur le cerveau.

Publicité

© jupiterimagesTous les moyens sont bons pour garder un cerveau en bonne santé et certains sont plus plaisants que d'autres. Selon des chercheurs de la Coventry University, il existerait une astuce chez les personnes de plus de 50 ans qui permettrait de protéger et même d'améliorer les fonctions cognitives. Parmi tous les facteurs de style de vie qui protègent du risque de démence comme une bonne alimentation et une activité physique fréquente, le sexe à un âge avancé est en effet en bonne position dans la liste.

Les chercheurs ont sélectionné les réponses de 6800 personnes en provenance de la English Longitudinal Study of Ageing, une étude de grande ampleur, qui les intéressait pour répondre à cette question : le sexe peut-il influer sur le fonctionnement du cerveau ? Ils leur ont donné une liste de cinq mots que les participants devaient raconter tout de suite après puis cinq minutes plus tard. Les patients ont également reçu une séquence de nombres avec un manquant et remis la tâche de compléter le modèle.

Publicité
Les avantages de la dopamine et de l'ocytocine.

Les résultats ont montré que les hommes qui étaient sexuellement actifs avaient des scores plus élevés de 23 % au test de mots et de 3 % pour les énigmes numériques tandis que les femmes également actives montraient également une marge, mais moins importante : 14 % pour la liste de mots et 2 % pour les chiffres. Ces meilleures performances se voyaient même si des facteurs comme l'âge ou l'activité physique étaient pris en considération. Leurs conclusions parues dans la revue Age and Ageing suggèrent que le secret se trouve dans le rôle des hormones liées au sexe.

"La recherche scientifique a déjà montré que les hormones spécifiques au sexe qui circulent autour dans notre corps avant même notre naissance, peuvent réellement avoir un impact sur le développement du cerveau et les fonctions cognitives au tout au long de la vie", explique au Guardian le Dr Hayley Wright. Nous pensons qu'il pourrait y avoir deux mécanismes sous-jacents qui affectent le fonctionnement du cerveau : les niveaux accrus de l'intimité dans les relations sexuelles et les nombreuses hormones liées au sexe à la suite de l'excitation régulière.
ère.

Vidéo. La maladie d'Alzheimer

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité