Comment font les personnes qui restent minces naturellement

Publicité

Une équipe de chercheurs américains révèle enfin la vérité sur ces personnes qui restent minces sans avoir l'air de se priver dans leur alimentation.

Publicité

© FotoliaLa vérité c'est qu'il n'y a rien sans rien. Dans le cadre d’une étude présentée lors de la semaine de l’obésité 2015 (Los-Angeles), des chercheurs de la New Cornell Food and Brand Lab révèlent pourquoi certains sont minces sans donner l'impression de se priver. La clé : mettre l'accent sur la qualité putôt que la quantité.

Pour conduire leur recherche, ils ont crée le "Registre mondial du poids" ("Global Health Weight Registry" en anglais), référençant les adultes ayant gardé une minceur stable toute leur vie. En récoltant les réponses des différents participants, ils ont différencié deux groupes : ceux qui affirmaient être restés minces sans faire attention à leur poids et ceux qui avaient surveillé leur alimentation.

Publicité
"Nous voulions voir quels comportements de santé différaient entre ceux qui luttaient pour perdre du poids et ceux avaient l'air de rester mince sans rien faire", a déclaré Brian Wansink, co-auteur, directeur du Cornell Food and Brand Lab et auteur du "Global Health Weight Registry".

Ecouter ses signaux internes

En comparant les réponses, les chercheurs ont noté que ceux qui se disent minces sans faire d'effort font en réalité attention à leur alimentation. Leurs habitudes saines sont en fait ancrées dans leurs habitudes de vie. L'étude rapporte que les personnes du groupe appartenant à ceux étant "minces sans effort" ont des penchants naturels pour des aliments sains de qualité, la cuisine "maison", et l’écoute des signaux internes pour contrôler leur alimentation. En outre, ils n’ont pas le même sentiment de culpabilité que les autres face à la suralimentation.

Plus précisément, près de la moitié pratiquait un sport au moins 5 fois par semaine, 1/10 mangeait végétarien, 1/5 ne buvait pas d’alcool, le moitié se nourrissait de fruits et légumes au petit-déjeuner, plus d’un tiers d’œufs et 1/5 grignotait des noix toute la journée. En outre, 61% révélait avoir un faible pour le poulet, et 65% manger des légumes tous les soirs pour le dîner…des habitudes saines qui expliquent leur rapport différent aux régimes.

"Ces résultats sont encourageants : ils suggèrent qu’au lieu de se restreindre et d’éviter ses aliments préférés, ont peut éviter de perdre du poids en apprenant à écouter ses signaux internes et en mettant l’accent sur la qualité, plutôt que la quantité de nourriture", a expliqué la chercheuse principale, Anna-Leena Vuorinen, du Centre de recherche technique VTT (Finlande).

Vidéo. Le diabète

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité