Pour protéger ses genoux de l'arthrose, voici ce qu'il faut faire

Publicité

Des chercheurs américains ont trouvé l’un des meilleures moyens protéger les genoux d’une dégénérescence du cartilage chez les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité : perdre du poids de façon importante.

Publicité

Comme toutes les pathologies, l’arthrose peut s’éviter ou du moins diminuer d’intensité si l’on connaît les bons gestes. Selon les conclusions d’une étude de l’université de Californie présente lors du Congrès annuel de la société américaine de radiologie, il est possible que les personnes obèses se protègent de cette maladie dégénérative articulaire, qui touche le plus souvent le genou, si elles perdaient du poids de façon significative. L’obésité est en effet un facteur de risque pour de nombreuses maladies, et il semblerait bien que l’arthrose en fasse partie.

Les chercheurs ont estimé que les personnes obèses qui en souffrent devaient perdre au moins 10% de leur poids initial pour constater une amélioration. Un geste de prévention qu’il faut prendre au sérieux car "une fois que le cartilage est perdu, la maladie ne peut pas être inversée", précise le Dr Alexandra Gersing. Il permet de limiter la destruction du cartilage et d’éviter ainsi le remplacement du genou par une prothèse. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont fait appel à 506 patients en surpoids et atteint d’arthrose pour évaluer le lien de cause à effet.

Publicité
Une prise en charge le plus tôt possible pour moins de risque

Les participants ont été divisés en trois groupes pendant quatre ans : dans le premier, ils ne devaient pas perdre de poids, dans le second, ils devaient perdre du poids mais sans objectifs précis et dans le troisième, la consigne était de perdre 10% de leur poids total. Avec des IRM, les résultats montrent que les patients ayant perdu plus de 10% de leur poids initial ont vu la destruction de leur cartilage ralentir considérablement. En revanche, aucune différence n’a été notée entre les patients du premier groupe et ceux qui ont perdu du poids sous la barre des 10% au niveau de la détérioration du cartilage.

Publicité
Cette perte de poids importante est d'autant plus bénéfique qu'elle permet une réduction du risque même de voir survenir cette affection chronique. A condition toutefoisd’y associer une pratique physique régulière. "Cela est d’autant plus efficace lorsque les mesures sont prises tôt" conclut le Dr Gersing. La prochaine étape de cette recherche sera de continuer à analyser des patients, sur huit ans cette fois pour approfondir également l’impact d’une reprise de poids sur la maladie.
span>

Vidéo Arthroplastie des genoux

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité