Plus on se gratte, plus ça nous gratte : pourquoi ?

Piqûres de moustiques, allergie... Des scientifiques expliquent pourquoi le fait de se gratter quand on a des démangeaisons amplifie le phénomène au lieu de le calmer.

Publicité
Publicité

Vous vous êtes fait piquer ? Essayez de ne pas vous gratter, sinon ce sera encore pire ! Pourquoi ? Parce que le grattage provoque la libération de sérotonine au niveau du cerveau, ce qui intensifie la sensation de démangeaisons, explique l'université de Washington (Etats-Unis). Ses scientifiques ont élevé des souris qui n'avaient pas le gène de la sérotonine. Quand elles ont reçu l'injection d'une substance provoquant des démangeaisons, les chercheurs ont constaté qu'elles ne se démangeaient pas en comparaison à d'autres souris non modifiées génétiquement. Quand elles ont ensuite reçu de la sérotonine, elles se sont grattées.

La sérotonine, substance clé de notre croissance

Publicité
"Lorsque le cerveau reçoit les signaux de la douleur ( ce qui est le cas quand on se gratte, ndlr ), il réagit en produisant le neurotransmetteur sérotonine pour aider à contrôler la douleur. Elle se propage du cerveau à la moelle épinière. Il y a ensuite un mouvement des neurones aux cellules nerveuses qui influe sur l'intensité de la démangeaison" a expliqué le Dr Zhou-Feng Chen, auteur principal de l'étude, cité par le Dailymail . C'est la première fois qu'une telle association est prouvée. Cependant, les scientifiques expliquent qu'il est difficile de bloquer la libération de la sérotonine pour éviter les démangeaisons chez l'humain car cette substance est impliquée dans la croissance, le vieillissement, le métabolisme osseux ou encore l'humeur. Le Dr Chen a émis l'hypothèse de pouvoir par contre bloquer la communication entre les cellules nerveuses et la sérotonine au niveau de la moelle épinière. A suivre.

Les résultats ont été publiés dans la revue Neuron .

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité