Peinture : pourquoi vous avez tant de mal à choisir LA bonne couleur en magasin

Publicité

Vous avez une idée précise de la couleur à mettre dans votre salon pour aller avec votre décoration. Mais une fois en magasin, c'est le doute le plus total. Une étude publiée dans le Journal of experimental psychology:general explique pourquoi.

Publicité

© FotoliaVous voyez tout à fait le rouge qu'il vous faut pour repeindre vos murs intérieurs. Mais il vous est pourtant très difficile de trancher une fois en magasin... et ce au grand dam de votre conjoint. En fait, ce n'est pas de votre faute si vous êtes indécise. Une étude menée à l'Université John Hopkins aux Etats-Unis a démontré que notre cerveau a beaucoup de mal à stocker les différentes teintes d'une couleur. Si dans votre salon, vous définissez votre rouge comme rubis, fushia ou orangé, votre mémoire l'enregistrera comme du rouge. D'où le risque d'erreur.

L'astuce du cerveau pour enregistrer les couleurs

Publicité
L'auteur de la recherche, Jonathan Flombaun, a demandé à des volontaires d'indiquer les couleurs relevant du bleu, rose, vert, violet, orange et jaune, sur une roue de 180 teintes différentes. Il a ensuite demandé à d'autres sujets de regarder des carrés de couleurs pendant quelques secondes puis de les retrouver sur la roue. Résultat : les volontaires allaient systématiquement vers les couleurs de base, sans distinguer les nuances. Ceci était encore plus vrai quand ils devaient se souvenir des couleurs, même sur moins d'une seconde.

Lire aussi

Pour les chercheurs, cette caractéristique de la mémoire de travail visuelle montre que le cerveau catégorise les couleurs. "Nous pouvons différencier des millions de couleurs, a expliqué l'auteur, mais pour stocker ces informations, notre cerveau a une astuce. Nous étiquetons la couleur avec une couleur grossière. Nos souvenirs sont alors biaisés. (...) Une voix va nous dire "c'est bleu" et affecte ce que nous finissons par penser avoir vu." Que l'humain soit confronté à des couleurs, des visages ou des oiseaux, ils se rappellent du plus prototypique. Non pas que notre cerveau manque d'espaces pour enregistrer toutes les nuances mais "l'esprit tente de concilier ces détails précis avec des catégories plus limitées du langage".

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité