Passer une semaine à mal dormir augmente le mauvais cholestérol

Publicité

Une semaine de sommeil troublé suffirait à perturber les niveaux de cholestérol selon une étude finlandaise. 

Publicité

© FotoliaDéjà impliqué dans l’augmentation du risque de démences, de problèmes cardiovasculaires et de la prise de poids, le manque de sommeil serait également la cause de la chute du bon cholestérol et de l’augmentation du mauvais, selon une étude de l’université d’Helsinki.

Les chercheurs ont suivi 2700 personnes dans leur quotidien et observé 21 plus en détails dans le cadre d’une analyse en laboratoire.

Publicité
Résultat : A partir d’une semaine de mauvaises nuits, ils ont noté que les volontaires avaient moins de bon cholestérol circulant dans leur sang que ceux qui ont dormi suffisamment. Une hausse du mauvais cholestérol était également remarquée.
En cause : Les gènes assurant le transport du cholestérol dans le corps étaient moins actifs chez les sujets privés de sommeil.

Le manque de sommeil favorise l’athérosclérose

"Seule une semaine de manque de sommeil pouvait commencer à changer le métabolisme immunitaire du corps", a commenté Vilma Aho, étudiante et co-auteur de l’étude. D'après elle, une baisse du bon cholestérol et les réactions inflammatoires constatés chez les volontaires favoriseraient le déclenchement de l’athérosclérose. Cette maladie correspond à l’accumulation des plaques d’atérome dans les artères qui les encrasse et conduit à l’infarctus.

Vidéo. L'infarctus du myocarde en images.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité