Orthorexie : l’obsession alimentaire qui pourrait bientôt vous toucher

Orthorexie : l’obsession alimentaire qui pourrait bientôt vous toucher© iStock

Plus de fruits, de légumes, moins de viandes... Vous aussi, vous êtes obnubilé par le fait de manger sain pour éviter certaines maladies comme le cancer ? Attention, l’orthorexie vous guette peut-être... 

Publicité
Publicité

L'obsession de bien manger peut devenir une maladie. L’orthorexie, trouble des conduites alimentaires, est devenue un cas clinique inquiétant . Elle est caractérisée par une obsession de l’ingestion d’une nourriture saine . Il ne s’agit pas d’une volonté de perdre du poids, contrairement à l’anorexie ou à la boulimie mais bien d’un cas sociétal : ‘’Plus l’intérêt sociétal pour une alimentation saine grandit, plus les personnes les plus génétiquement prédisposées aux troubles du comportement alimentaire ont des risques de développer une orthorexie’’ a précisé le Dr Steven Crawford, co-directeur du centre des troubles du comportement alimentaire à Sheppard Pratt, Towson (États-Unis), lors du congrès annuel de l'American Psychiatric Association (APA) cité par Mesdcape.com.

Publicité

La nervosité, une cause d'orthorexie ?

Pour le Docteur Yon Pak, de l’Université du Maryland (États-Unis) également présent au congrès, ‘’l’orthorexie est une fixation sur la qualité de la nourriture et non sur la quantité ’’.

Ce trouble alimentaire peut se manifester par des tendances obsessionnelles compulsives ainsi que des troubles de l’alimentation qui s’étaient déjà manifestés auparavant. La nervosité peut également être un facteur développant les risques d’orthorexie, selon Le National Center for Biotechnology Information (NCBI). D’autres facteurs sont probables et font l’objet d’études : l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, ou le statut socio-économique.
Les causes ne sont donc pas clairement établies même si certains facteurs semblent plus courants chez les patients souffrant d’orthorexie . Cette attention pour une alimentation saine ne se transforme en trouble alimentaire que si cela affecte la vie quotidienne des patients (refus de manger à l’extérieur, forte perte de poids…)

Des conséquences physiques mais aussi psychologiques

Les conséquences nutritionnelles et médicales d’un rejet de certains aliments peuvent devenir graves. Des effets négatifs physiques sont visibles lorsque l’orthorexie est présente : malnutrition, anémie, une fréquence très lente du cœur... On trouve également des problèmes de digestion, des déséquilibres hormonaux ou encore un affaiblissement de la santé des os.

L’orthorexie a également des effets psychologiques : la préoccupation permanente liée à la nourriture (préoccupations sur les pesticides, arômes artificiels etc) peut être liée à un travail plus faible de la mémoire . Les personnes atteintes portent moins d’attention à leur environnement et sont moins performante s pour exécuter des tâches nécessitant des compétences réflexives. Contrairement à l’anorexie, les patients ne veulent pas dissimuler leurs habitudes alimentaires mais les affichent sur les réseaux sociaux. Cela peut amener l’individu à un sentiment de supériorité vis-à-vis des autres.

Enfin, les effets sociaux sont importants car, selon le NCBI, les personnes atteintes par ce trouble alimentaire ne supportent pas de perdre le contrôle sur la nourriture et sur leur alimentatio n. Ils vont alors entamer un suivi strict en s’imposant des règles , comme consommer certains aliments à des moments particuliers de la journée. Ils vont moins prendre part à des activités extérieures comme les restaurants, ce qui peut conduire à l’isolement social .

Comment savoir si on est atteint d’orthorexie et comment la soigner ?

Pour pouvoir faire la différence entre la simple envie de manger sain et le trouble alimentaire, il faut être conscient de la manière dont les aliments que vous mangez influent sur votre santé .
Pour le Dr Steven Crawford, il faut immédiatement prendre en charge une personne lorsque ses habitudes alimentaires ont des conséquences cliniques comme la malnutrition, la difficulté du corps à bien fonctionner, une forte perte de poids etc. Il ajoute que la ‘’première étape serait de reconnaitre l’orthorexie dans la catégorie des ARFID* , pour que plus d’équipes puissent mener des recherches’’. Les traitements contre l’orthorexie requièrent une équipe multidisciplinaire : des médecins, des psychologues et des nutritionnistes.

*"Avoidant Restrictive Food Intake Disorder : trouble de l'alimentation sélective et évitante

Vidéo. Top 3 des aliments riches en protéines

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité