Nouveauté : un patch antidouleur bientôt commercialisé

Publicité

Des chercheurs anglais ont créé pour la première fois un patch transdermique capable de libérer de l'ibuprofène sous la peau afin de cibler la douleur le mieux possible. Un procédé qui ouvre la voie à de nombreuses autres possibilités.

Publicité

Prendre un anti-douleur sous la forme d'un cachet à avaler ne sera peut-être bientôt plus qu'un lointain souvenir. Dans le futur, un simple patch à coller sur la zone douloureuse serait suffisant selon des chercheurs de l'université de Warwick (Angleterre) qui veulent commercialiser cette invention d'ici deux ans. Ce patch adhésif transparent fournit le médicament directement à travers la peau exactement là où c'est nécessaire avec une dose adéquate pendant douze heures.

Les chercheurs ont trouvé le moyen d'incorporer des quantités significatives de la molécule dans un polymère développé spécialement pour l'occasion, incorporé au patch. Cette invention apporte deux avantages : ce produit à action prolongée peut traiter des douleurs chroniques comme les maux de dos, les névralgies et l'arthrite sans avoir besoin de prendre des doses trop importantes du médicament par voie orale au risque d'effets secondaires sur le système digestif. Il permet également de remplacer les gels à base d'ibuprofène dont il est difficile de contrôler le dosage.

Publicité
Utilisable avec d'autres principes actifs ?

Cette caractéristique est ce qui diffère le plus des traitements proposés aujourd'hui : la charge du médicament peut être 5 à 10 fois plus importante que celle trouvée dans certains gels médicaux actuellement utilisés. "Beaucoup de patchs ne contiennent pas d'agents qui permettent de venir à bout de la douleur, ils l'apaisent simplement par un effet de réchauffement. Notre technologie signifie maintenant que nous pouvons pour la première fois produire des patchs qui contiennent des doses efficaces d'ingrédients actifs.", explique le Pr David Haddleton.

L'invention ne s'arrête pas là car les chercheurs veulen t maintenant augmenter le chargement des patchs, voire y inclure d'autres principes actifs. "Notre succès ne se limite pas à l'ibuprofène, nous avons également eu de grands résultats avec du salicylate de méthyle (une molécule utilisée dans les liniments et les gels traitant les douleurs articulaires et musculaires). Nous pensons que beaucoup de personnes peuvent exploiter notre technologie et nous cherchons des occasions de tester un éventail beaucoup plus large de traitements au sein de notre patch", conclut-il.

Vidéo. La dévitalisation dentaire

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité