Meubles : la liste noire de 31 substances toxiques

Publicité

L’Agence nationale de sécurité sanitaire a dévoilé la liste de 31 substances chimiques néfastes pour la santé qui ont été retrouvées dans du mobilier vendu en France. L’Agence milite désormais pour la mise en place d’un étiquetage précis pour ces produits dangereux.

Publicité

© FotoliaTapis, canapés, fauteuils, rideaux, moquettes… Tous ces produits d’ameublement font partie intégrante de notre quotidien. Pourtant, certains contiendraient des substances néfastes pour la santé, comme le révèle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).
Celle-ci vient de publier la liste de 31 substances chimiques néfastes retrouvées dans du mobilier commercialisé en France.

Risques : cancers, problèmes neurologiques, irritations des yeux

Publicité
"Les produits d'ameublement sont constitués de multiples matériaux qui peuvent être traités, décorés ou protégés, ils peuvent émettre de multiples substances volatiles ou semi-volatiles auxquelles peut être exposée la population", a expliqué l’Anses, citée par l’AFP.

En tout, plus de 600 substances pouvant être émises par l’ameublement ont été recensées par l’Anses, dont une soixantaine classées comme "cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques" par le CIRC, (agence du cancer de l’Organisation mondiale de la santé) et par le Parlement européen. Au total, "sur la base de la dangerosité des substances et de leur possibilité d’être émises par des produits d’ameublement, 41 substances ont été identifiées comme substances d’intérêt, dont 31 prioritaires", indique l’Anses dans son rapport.

Parmi les substances concernées, on retrouve les phtalates (revêtements de sol, textiles), le formaldéhyde (colles, peintures), le styrène (caoutchouc), le benzène (fabrication de résines et de colorants) ou encore le dichlorométhane (agent d’expansion des mousses polyuréthanes). La liste des maladies potentiellement associées est elle-aussi impressionnante : cancers, problèmes neurologiques, problèmes rénaux, irritation oculaire, malformations congénitales,…

Un étiquetage bientôt obligatoire

Si l’Agence a été saisie par les ministères de la Santé et de l’Ecologie pour identifier les substances chimiques "prioritaires", c’est en vue de mettre en place un étiquetage obligatoire à l’horizon 2020. Pour elle, il est primordial de limiter l’exposition de la population à ces substances et "de tendre à terme vers une interdict

Publicité
En France, l’étiquetage obligatoire existe déjà pour les peintures, les vernis, les moquettes et les papiers peints, classés de A+ à C selon leur niveau d’émission. Seuls les meubles ne disposent pour l’heure d’aucune indication.
ication.

Vidéo. Des substances toxiques dans des produits de notre quotidien



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité