Mesdames, voici comment perdre du poids après la ménopause

Mesdames, voici comment perdre du poids après la ménopause©Fotolia

Un mode de vie simple à mettre en place permettrait non seulement de perdre du poids à la ménopause mais aussi de réduire les bouffées de chaleur, sans médicaments. Découvrez comment faire.

Publicité
Publicité

Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, fatigue et… prise de poids. Les kilos en trop semblent être le lot de nombreuses femmes à la ménopause. Mais une nouvelle étude à paraître dans Menopause, le journal de la Société Nord Americaine de la Ménopause (NAMS) montre que la reprise d’un exercice régulier pourrait non seulement aider les femmes à perdre du poids mais aussi à mieux contrôler les bouffées de chaleur.

Publicité

Diminution du poids et de l’indice de masse corporelle

Cette étude, annoncée par un communiqué de la NAMS, s’appuie sur 234 femmes espagnoles ménopausées âgées de 45 à 64 ans qui n’avaient pas pratiqué d’activité physique pendant au moins un an. Elles ont alors suivi un programme d’exercices physiques supervisés pendant 20 semaines. Résultat : les participantes ont exprimé des changements physiques et psychologiques à court et à long-terme, incluant une meilleure endurance cardiovasculaire , une diminution de leur poids et de leur indice de masse corporelle (IMC) mais aussi une meilleure gestion de leurs bouffées de chaleur .

Le mode de vie actif, une alternative aux hormones de substitution

"De plus en plus de preuves montrent qu’un mode de vie actif incluant des exercices réguliers améliorer la santé, la qualité de vie et forme physique chez les femmes ménopausées", souligne le docteur JoaAnn Pinkerton, directrice de la NAMS, dans son communiqué. Et cette habitude simple à mettre en place présentent plusieurs avantages : un effet positif sur le bien-être , une meilleure santé cardio-vasculaire , mais aussi une bonne alternative aux thérapies hormonales ."C’est une bonne nouvelle pour les femmes réticentes à prendre des hormones pour contrôler les symptômes de leur ménopause et qui cherchent des options non-pharmacologiques sures et efficaces sans effets secondaires", précise ainsi le communiqué de la NAMS. Ces traitements hormonaux de substitutions sont en effet controversés du fait de leurs effets secondaires préoccupants tels que les augmentations de risque d’AVC et de cancers du sein, de l’ovaire et de l’endomètre.

Vidéo. La ménopause en images

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité