Mélanome : ce cancer va continuer de faire de plus en plus de morts jusqu’en 2030

Mélanome : ce cancer va continuer de faire de plus en plus de morts jusqu’en 2030©Fotolia

Le nombre de décès liés au cancer de la peau devrait augmenter jusqu’en 2030, avant de chuter à partir de 2050. Explications.

Publicité
Publicité

Quelle évolution pour le cancer de la peau ? Des chercheurs de l’International Prevention Resarch Institut (iPRI) de Lyon, ont estimé grâce à des modèles statistiques le nombre de décès dus à ce cancer pour les années à venir. Si ce chiffre risque de grimper jusqu’en 2030, il pourrait chuter d’ici 2050. Ils présentent leurs résultats au Congrès européen sur le cancer (ECCO), qui se tient du 27 au 30 janvier à Amsterdam (Pays-Bas).

Publicité

Vieillissement d’une population exposée aux UV

Comment expliquer de telles prédictions ? Tout d’abord, " les personnes les plus à risques de mourir d’un mélanome sont celles nées entre 1900 et 1960 à l’époque où les dangereux effets de l’exposition aux rayons ultra-violets (UV) du soleil étaient largement méconnus et où les professionnels de santé pensaient que ces rayons étaient bénéfiques" a expliqué à l’ECCO Alice Koechlin, de l’iPRI, citée par un communiqué de l’institut. Jusqu’aux années 60, il était en effet commun d’exposer les nourrissons et les enfants aux UV pour soigner les infections cutanées ou le rachitisme. Dans les trois pays étudiés (Australie, Etats-Unis et Suède), les travaux des chercheurs ont prédit que le pic de mortalité était donc déjà passé. Cependant, à cause du vieillissement de la population, le nombre de décès dû au mélanome devrait continuer d’augmenter jusqu’aux années 2030-2035.

Traitement et prévention pour faire chuter la mortalité

Et après ? Ces modalisations s’appuient sur le fait qu’il n’existe actuellement pas de traitement efficace contre le mélanome. Mais les chercheurs comptent bien sur les progrès de la science dans ce domaine : "Avec une thérapie efficace, nous nous attendons à une baisse du nombre de décès dû au mélanome à partir de 2030", souligne Alice Koechlin. "Avec le temps, la mortalité due au mélanome va devenir de plus en plus rare chez les personnes de moins de 50 ans et, après 2050, quasiment tous les décès par mélanome concerneront les plus de 70 ans", précise-t-elle. Autre facteur qui pèse dans la balance : l’application grandissante des mesures de prévention en terme d’exposition aux rayons UV.

Vidéo. Cancer de la peau - le mélanome en images

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité