Médicaments détournés en coupe-faim: vers un nouveau Mediator?

Publicité
Publicité

Aujourd'hui, aucun médicament coupe-faim n'est officiellement autorisé en France. Officieusement, de nombreuses substances seraient prescrites par des médecins dans ce but. Une pratique qui n'est pas sans rappeler l'affaire du Mediator®. Cet antidiabétique, pris pour maigrir par de nombreuses personnes, est à l'origine de 500 à 2000 morts en France.

Dans un récent article, le journal France-Soir met au jour le cas d'Epitomax®, un antiépileptique du laboratoire Janssen-Cilag. Le médicament, dont le principe actif est le topiramate, n'a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) des autorités sanitaires que pour traiter les convulsions liées à l'épilepsie et prévenir les migraines. Pourtant, selon le journal, il serait couramment prescrit pour accompagner des régimes amaigrissants.

Publicité
Dans sa notice, il est bien évoqué une perte de poids ou d'appétit, mais uniquement dans les effets indésirables du produit, au même titre que la prise de poids ou la dépression. De plus, aucun essai clinique n'a été effectué pour tester l'efficacité ou la dangerosité du topiramate dans le cadre d'une perte de poids! France-Soir cite aussi d'autres spécialités qui seraient utilisées pour maigrir hors AMM tels que l'antidépresseur Prozac® et des antiulcéreux.

A noter que les médecins sont libres de prescrire les médicaments qu'ils souhaitent, s'ils mentionnent la prescription hors autorisation, de façon à être en règle avec l'Assurance maladie. Ils ne peuvent être condamnés pour avoir prescrit un médicament en dehors de son AMM. Mais cette pratique courante engage la responsabilité du praticien en cas de problème.

A lire aussi:
- Médicaments: les plus gros scandales
- Ces médicaments qui détruisent la santé

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité