Mariage entre cousins : y a-t-il vraiment un risque de malformations pour les enfants ?

Publicité

En mai dernier, l'ex-ministre Christine Boutin se voyait reprocher en direct à la télévision son mariage avec son cousin germain, Louis Boutin. Beaucoup (vous peut-être !) se sont posés la question de savoir si vraiment il y avait un risque d'avoir des enfants anormaux dans le cas de ces unions. Une étude publiée dans le journal médical The Lancet donne les risques chiffrés.

Publicité

© AFP Curieusement, des chercheurs britanniques ont remarqué un taux anormalement élevé de mortalité infantile au sein de la communauté pakistanaise. Ils ont décidé de se pencher sur cette observation et ont démontré que les mariages consanguins fréquents dans ces populations sont à l'origine d'un taux multiplié par deux de voir apparaître une anomalie génétique congénitale. Pour parvenir à leur conclusion, ces scientifiques ont passé en revue 11 396 dossiers médicaux de nouveaux-nés à Bradford (ville anglaise où vivent plusieurs ethnies dont celles du Pakistan). Ils ont alors noté que 386 (3%) présentaient une anomalie congénitale (malformations cardiaques, urinaires, pulmonaires, malformations chromosomiques (trisomie 21), soit deux fois plus que dans la moyenne nationale britannique. 18% de ces dossiers étaient ceux d'enfants nés d'unions de cousins germains (dont 37% de Pakistanais). "Il est important de noter que l'augmentation absolue du risque est faible (de 3% à 6%), ce qui signifie que seule une petite minorité (de 3 à 6 %) des enfants nés de couples qui sont parents par le sang développeront une affection d’origine congénitale" a indiqué le Dr Eamonn Sherida, directeur de l'étude. Rappelant que ce même risque est de 2 à 4% pour les femmes anglaises blanches qui sont mères après 34 ans. Pour les auteurs de l'étude, les risques liés à la consanguinité devraient être aborder avant la conception, tout comme l'est le tabac, l'alcool...

A noter : La loi sur l'union entre cousins germains change d'un pays à un autre. En France, elle n'est pas interdite.

Publicité
Source : Slate

Crédit photo : AFP

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité