Manque de fer : comment ne pas être constipé avec les médicaments

Publicité

Les médicaments administrés oralement contre le manque de fer peuvent exposer les patients à des troubles digestifs comme la constipation. La revue Prescrire vient de lister les mesures qui pourraient permettre de contrôler ces effets indésirables.

Publicité

Responsable d’un état de fatigue physique important, l’anémie correspond à une baisse du taux d’hémoglobine, fabriqué par le fer issu de notre alimentation, dans le sang. Le traitement oral qui permet d'y remédier peut être à l’origine de constipation, mais aussi de douleurs abdominales, de nausées, de diarrhées, de coloration noirâtre des dents ou de vomissements, selon la revue médicale Prescrire. Celle-ci livre quelques astuces pour pallier ces effets secondaires.

L'apport oral correspond à "100 mg à 200 mg de fer élément par jour sous forme de sels ferreux", souligne la revue , "pendant 6 à 8 semaines pour corriger l'anémie, voire encore 3 mois à 6 mois pour reconstituer le stock optimal de fer".

Publicité
Fractionner les doses

Pour atténuer les troubles digestifs liés, Prescrire propose de commencer le traitement par de faibles doses "à augmenter progressivement sur 4 à 5 jours" et à prendre en plusieurs prises "au cours ou juste après un repas".

De plus, il est préférable de prendre le médicament en position debout ou assise, et d’attendre au moins une demi-heure avant de se coucher ", surtout s’il s’agit de gélules permettant "d’ éviter le risque d’ulcérations digestives ".

Par ailleurs, un comprimé dilué dans l’eau ou ingurgité via une paille permettra d’éviter la coloration des dents souvent liée à une préparation à sucer ou à croquer et garder dans la bouche.
"En dernier recours, quand le fer oral est mal toléré, le fer intraveineux est une option" précise la revue Prescrire .

Vidéo. L'incontinence anale

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité