Manger du sucre vous aiderait à contrôler votre alimentation

Publicité

Selon une étude américaine, le sucre favorise l'activation de la mémoire épisodique qui se base sur le souvenir des repas pris pour contrôler notre alimentation.

Publicité

© FotoliaIncroyable mais vrai, le sucre, plutôt que de vous perdre dans les méandres de la culpabilité, aurait une influence sur la mémoire et le contrôle des habitudes alimentaires.

Cette information a été révélée par une étude de la Georgia State University, parue dans la revue scientifique Hippocampus. Selon elle, le sucre favoriserait la plasticité neuronale dans l’hippocampe dorsal, la partie du cerveau impliquée dans l’activation de la mémoire épisodique (celle qui photographie les évènements vécus en un moment/lieu précis).
Cette mémoire, qui nous rappelle ce que nous avons mangé et quand, nous permet de contrôler notre apport alimentaire. Elle aurait pour but de nous empêcher de "remettre le couvert" directement après le repas.

Publicité
"Nous pensons que la mémoire épisodique contrôle le comportement alimentaire ", a déclaré Marise Parent, le professeur à l'Institut de neurosciences dans l'Etat de Géorgie (Etats-Unis) qui a conduit l'étude." Il nous fait prendre des décisions comme "je ne vais probablement pas manger maintenant car je viens de prendre un bon petit-déjeuner".

Une protéine qui favorise la plasticité synaptique

L’étude a été conduite sur des rats à qui l’ont a donné une solution sucrée quotidienne (sous forme de saccharose/saccharine).
Résultat : le sucre a augmenté l’expression d’une protéine ("Arc cytosquelette ") entrainant la plasticité synaptique dans les neurones de l’hippocampe dors

Publicité
Les chercheurs ont également prouvé que la désactivation de ces neurones juste après avoir mangé accélérait la prise du prochain repas. De même, lorsque nous sommes exposés à différentes distractions en mangeant (la télévision par exemple), nous activons moins notre travail de mémoire épisodique, du coup le cerveau ne se souvient plus qu'il a déjà mangé et nous sommes susceptibles de nous nourrir de nouveau plus rapidemment. L'étude a également évoqué les personnes amnésiques, qui prennent souvent un deuxième repas juste après avoir mangé.
angé.

Vidéo : dans les méandres du cerveau



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité