Manger du beurre de cacahuète réduirait le risque de maladies du sein

Publicité

Selon une nouvelle étude américaine, consommer du beurre de cacahuète réduirait la probabilité de développer une maladie bénigne des seins à l'âge adulte.

Publicité

beurre_petite© Fotolia Vous pouvez acheter du beurre de cacahuète à vos filles ! Une récente étude américaine a en effet remis en évidence le lien surprenant entre une consommation régulière de cet aliment et une baisse de la probabilité de développer une maladie bénigne à l'âge adulte.
Pour cette recherche, menée conjointement par des chercheurs de la faculté de médecine George-Washington, de l'Institut Dana-Farber Cancer et de la Harvard Medical School, plus de 9000 filles âgées de 9 à 15 ans ont été recrutées en 1996. Elles ont répondu à un questionnaire détaillé pour déterminer leurs habitudes alimentaires. Puis entre 2005 et 2010, ces mêmes femmes alors âgées de 18 à 30 ans devaient préciser si une biopsie avait permis de détecter chez elle une maladie bénigne du sein, comme une hyperplasie ou des kystes : 112 anomalies ont été detectées par les scientifiques.
En comparant leurs données, les auteurs ont pu établir qu'une consommation de beurre d'arachide de l'ordre de 2 fois par semaine était liée à une diminution de 39% du risque de présenter des grosseurs non cancéreuses à l'âge de 30 ans. Bien qu'elles soient bénignes, ces maladies du sein augmentent quand même la probabilité pour une femme de déclarer un cancer plus tard.

Les vertus de la protéine végétale

Publicité
Le Dr Graham Colditz, principal auteur de l'étude, explique ne pas savoir pourquoi le beurre de cacahuète semble protéger la santé des seins des femmes. "Mais cela pourrait être lié à la protéine végétale que ce beurre contient. En effet, consommer des protéines végétales, plutôt que des protéines animales, permet également de diminuer les risques de cancer du sein." Il rappelle que de nombreuses études ont déjà montré que le cancer du sein était moins développé dans les pays où l'on consommait peu de viande. L'étude suggère que les haricots, les lentilles, les graines de soja et le maïs pourraient aussi jouer un rôle positif, mais sans certitude établie, la consommation de ces aliments étant plus faible parmi le panel.
Apparemment d'autres études avaient déjà relié la consommation de beurre de cacahuète et de graisse végétale à un risque inférieur de maladie bénigne du sein; mais il s'agit de la première à se baser sur des rapports faits au cours de l'adolescence, et non sur des réponses données des années plus tard au sujet d'habitudes alimentaires passées.
Une étude intéressante alors que c'est la période d'Octobre Rose, la campagne de lutte contre le cancer du sein qui cherche à convaincre les femmes du rôle primordial d'un dépistage précoce du cancer du sein.

Source : Vegetable protein and vegetable fat intakes in pre-adolescent and adolescent girls, and risk for benign breast disease in young women, Breast Cancer Research and Treatment,
septembre 2013

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité