Maladies cardiaques : attention aux ronflements

Mieux prendre en charge le syndrome d’apnée du sommeil chez les patients cardiaques permettrait de limiter les réadmissions à l’hôpital.

Publicité
Publicité

Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (Etats-Unis) ont mené une étude, publiée dans le Journal of Clinical Sleep, sur l’impact positif du traitement par pression positive continue (PPC) sur le taux de ré-hospitalisation des personnes atteintes de maladies cardiaques.

L’étude a rassemblé 104 patients ayant des symptômes d’apnée du sommeil et hospitalisés pour un problème cardiaque, comme l’insuffisance cardiaque. Les résultats montrent qu’aucun des participants ayant reçu un traitement par pression positive continue n’est retourné à l’hôpital dans les 30 jours suivant. 20 % des patients qui n’en ont pas bénéficié ont, eux, connu une récidive.

Publicité

Diagnostiquer l’apnée du sommeil chez les patients cardiaques

L’auteur principal de l’étude, le Dr Richard J. Schwab, appelle à diagnostiquer et surtout à traiter l’apnée du sommeil chez les patients hospitalisés pour des troubles cardiaques. "Un geste qui pourrait améliorer la qualité de vie du patient mais aussi les dépenses de soins liées aux maladies cardiaques", souligne le chercheur.

Vidéo. Un quart de la population française ronfle

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité