Maladie d’Alzheimer : les dangers de la perte de poids

Publicité

Une perte de poids importante pourrait faire le lit de la maladie d’alzheimer selon une étude américaine. 

Publicité

© IstockUn faible indicateur de masse corporelle serait lié à l’accumulation de plaques amyloïdes dans le cortex préfrontal du cerveau, selon une étude du Massachuetts General Hospital (Etats-Unis), part du Harvard Aging Brain Study (HABS). Mieux vaut manger équilibré, et même prendre un peu de poids avec l’âge, qu’enchaîner les diètes selon les chercheurs.

"L’association entre la perte de poids et l’un des marqueur principal de la maladie d’Alzheimer renforce l’idée qu’une insuffisance pondérale peut être dangereuse pour la santé cérébrale", a déclaré Gad Marshall, neurologue et auteur de l’étude.

Publicité
Prochaine étape : comprendre le mécanisme

Pour aboutir à ce résultat, les chercheurs ont examiné 280 personnes, âgées entre 62 et 90 ans, en bonne santé. Ils ont relevé l’IMC de chaque personne ainsi que leur niveau de plaques bêta-amyloïdes dans le cerveau par scan. Le groupe au plus faible IMC avait une forte présence d’une variante de gène appelé APOE4, facteur de risque majeur de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs espèrent que de futures études pourront expliquer le mécanisme afin de voir de quelle manière l’IMC initial peut prédire l’apparition des symptômes d’Alzheimer.

Video. La maladie d'Alzheimer en images

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité