Les séropositifs auront-ils bientôt droit aux soins funéraires ?

Un rapport de l'Igas préconise l'ouverture des soins funéraires aux personnes séropositives. Ce qui n'est actuellement pas le cas en France.

Publicité
Publicité

Beaucoup ne le savent pas mais une personne séropositive qui décède en France n'a actuellement pas le droit aux soins funéraires. Sur la base d'un rapport de l'Igas, le Conseil national du sida (CNS) recommande que "le VIH (et l'hépatite) soient retirés de la liste des maladies pour lesquelles la pratique de soins funéraires est interdite". Il rappelle que l'interdiction des soins de conservation pour les patients repose "sur une prétendue opposition entre l'égalité d'accès aux soins et les précautions à prendre pour les acteurs qui réalisent cet acte". En 2009, le CNS avait souligné "qu'aucun argument scientifique ne peut justifier que soient prises des dispositions dérogatoires au droit commun en matière de soins de conservation sur la seule base de l'infection par le VIH avérée ou supposée de la personne défunte, dès lors que les précautions universelles sont pleinement appliquées".

Quels sont les autres malades interdits de soins funéraires ?

Publicité
Publicité

Selon l'arrêté du 20 juin 1998, les soins funéraires sont interdits en France aux personnes décédées de la maladie de Creutzfeld-Jakob, d'hépatite virale, de la rage et de tout état septique grave (sur prescription du médecin traitant).

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite