Les personnes lentes meurent plus rapidement que les autres

Publicité

Selon des chercheurs britanniques, les personnes ayant une réactivité plus longue auraient plus de risques de mourir jeune.

Publicité

Et si notre vitesse de réaction nous donnait une indication sur notre espérance de vie ? C’est ce que laissent entendre des chercheurs de l’University College London (Angleterre) et de l’université d’Edimbourg (Ecosse). D’après leurs travaux publiés dans la revue PlosOne, les personnes lentes seraient celles qui mourraient le plus jeune.

Ils ont invité plus de 5000 personnes, âgées de 20 à 59 ans, à passer un test simple à cinquante reprises : lorsqu’une image apparaissait sur un écran, elles devaient appuyer sur un bouton. Les scientifiques pouvaient ainsi calculer leur réactivité. Ils ont ensuite suivi ces participants pendant 15 ans.

Publicité
Plus d'un quart de risques en plus

Durant cette période, 378 sont décédés. Les chercheurs britanniques ont constaté qu’ils faisaient majoritairement partie des personnes dont le temps de réaction était le plus lent ou variable d’un test à l’autre. Toutes causes de mortalité confondues et indépendamment de leur âge, de leur sexe ou de leur origine ethnique, les inconstants présentent ainsi 36% de risques en plus de mourir jeunes, les "lents" en ont 25% supplémentaires.

Pour le Dr Gareth Hagger-Johnson, auteur de l’étude, une réactivité lente ou variable serait le signe d’un système nerveux central usé. Ce dernier se dégradant en même temps que le reste de notre corps, il indiquerait une espérance de vie plus courte que les autres.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité