Les cabines de bronzage rendent accro!

Publicité
Publicité

Les personnes adeptes des séances d'UV pourraient être des 'droguées'. Le bronzage en cabine crée des changements d’activités cérébrales similaires à ceux que l’on observe chez les consommateurs de drogue. C'est ce que révèle une récente étude publiée dans le journal Addiction Biology.

Cette étude rapporte que les ultraviolets des salons de bronzage agissent sur la zone de récompense de notre cerveau, qui est responsable de la dépendance. De plus, ces clients du soleil artificiel présenteraient le même profil psychologique que les personnes accros à la drogue ou à l'alcool!

Une addiction qui peut être lourde de conséquences puisque chez ces 'accros' des bancs solaires, le risque de développer un mélanome, la forme la plus mortelle du cancer de la peau, augmente beaucoup. Selon l'OMS, Organisation mondiale de la santé, l'utilisation de lits de bronzage avant l'âge de 35 ans entraîne une augmentation de 75% du risque de mélanome.

Enfin, pour éviter tout risque inutile face au soleil (naturel), n'oubliez pas d'appliquer une crème solaire et évitez de vous exposer entre 12h et 16h.

Source: étude 'Activation of the mesostriatal reward pathway with exposure to ultraviolet radiation (UVR) vs. sham UVR in frequent tanners: a pilot study', de Cynthia R. Harrington, Tracy C. Beswick, Michael Graves, avril 2011.

A lire aussi:
- Quels sont les cancers qui tuent le plus?
- 13 conseils pour éviter le cancer

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité