Les anticoagulants sous haute surveillance

Publicité

L’Agence nationale de sécurité du médicament a publié un nouveau rapport sur les risques liés à la prise de ces médicaments.

Publicité

Les anticoagulants sont dans le viseur de l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm). Elle vient de publier un rapport actualisé sur leur niveau d’utilisation. Le but de l’autorité ? Limiter un maximum les risques d’accidents hémorragiques liés à une mauvaise utilisation de ces traitements, dont la prévention et la prise en charge constituent un enjeu majeur de santé publique.

"Les anticoagulants sont indispensables pour la prévention et le traitement des maladies thromboemboliques, rappelle l’Agence, aussi bien dans leur forme injectable que celle orale". Avant de préciser que certains facteurs peuvent augmenter les risques d’hémorragies : lorsque le patient est âgé, en cas de polypathologies, d’insuffisance rénale ou hépatique, de faible poids corporels, d’interactions médicamenteuses, de geste à risque hémorragique ou encore d’erreur médicamenteuse.

Publicité
L’importance de l’accompagnement des patients

L’Ansm a dont profité de ce rapport pour rappeler aux professionnels de santé les règles à suivre pour une utilisation optimale des anticoagulants. "Il est également rappelé dans ce rapport l’importance de l’accompagnement des patients dans leur traitement mais aussi des prescripteurs prenant en charge ces derniers." L'Agence a ajouté que deux études de pharmaco-épidémiologie étaient actuellement en cours dans le but de comparer les profils de risques, en particulier hémorragiques, entre les différents types de traitements.

En 2013, environ 3 millions de Français se sont vus prescrire au moins un anticoagulant.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité