Les 3 signes qui annoncent que vous allez faire une crise cardiaque

Les 3 signes qui annoncent que vous allez faire une crise cardiaque©IStock

Outre les douleurs thoraciques, la crise cardiaque peut être annoncée par différents signes, dont le diagnostic pourrait aider à faire baisser le taux de mortalité, selon une étude américaine et britannique.

Publicité
Publicité

Le premier symptôme de l’infarctus du myocarde, et le plus connu, est une douleur thoracique dans la poitrine. Mais ce n’est pas le seul. Selon une étude de l’Impérial College de Londres (Royaume-Uni) et de Harvard (Etats-Unis), 1 personne sur 6 morte entre 2006 et 2010 d’une crise cardiaque en Grande Bretagne avait montré des signes annonciateurs non détectés au préalable. Certaines personnes pourraient être épargnées si elles étaient mieux diagnostiquées, selon les chercheurs.

Publicité

Essoufflement et troubles respiratoires

Pour aboutir à ce résultat, ils ont étudié les données de 135 950 personnes hospitalisées au Royaume-Uni entre 2006 à 2010. Suite à cela, ils ont distingué différents symptômes "atypiques" de l’infarctus, plus rares et donc détectés moins facilement :

- Gène thoracique
- Essoufflement et troubles respiratoires (pneumonie, maladies obstructives chroniques des voies aériennes),
- Étourdissements/évanouissements

"Les médecins sont moins bons pour identifier les signes subtils"

Les scientifiques ont notamment découvert que seulement 16% des patients étudiés avaient été hospitalisés dans les 28 jours avant leur décès par crise cardiaque. "Les médecins sont très bons pour traiter les crises cardiaques quand elles sont la cause principale de l'admission, mais moins pour traiter les crises cardiaques secondaires ou pour noter les signes subtils qui pourraient indiquer une mort prochaine par attaque cardiaque", a déclaré le Dr Perviz Asaria, auteur principal de l'étude.

Des recherches complémentaires sont cependant nécessaires pour déterminer si l’ont peut lister de véritables symptômes secondaires, et si ces informations peuvent être utilisées pour prédire le risque d'infarctus et réduire le taux de mortalité. En France, 120.000 personnes sont victimes d'un infarctus du myocarde chaque année, dont 18 000 mortellement, indique l'Inserm, l'institut national de la santé et de la recherche médicale.

Vidéo. Infarctus : ces signes que les femmes ignorent

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité