Les 3 cancers les plus mortels chez l’homme

Publicité

Santé publique France a publié un rapport dans lequel on découvre l'estimation des taux de mortalité par cancer chez l'homme en 2017. En tête de liste, le cancer du poumon.

Publicité

© Adobe StockQuels sont les cancers les plus mortels chez l'homme en 2017 ? Un rapport de Santé publique France montre les prévisions attendues de mortalité par cancer en 2017.

84 000 décès par cancer estimés chez l'homme en 2017

Publicité
Dans le rapport, on découvre un tableau classant le nombre de nouveaux cas et de décès estimés en 2017 pour chaque localisation chez l’homme. Le cancer le plus mortel serait celui du poumon, loin devant avec 20 815 décès en 2017, suivi du cancer du côlon-rectum avec 9 294 décès, viendrait ensuite le cancer de la prostate avec 8 207 décès. Ces trois cancers seraient donc responsables du plus grand nombre de décès. La 4ème cause de décès par cancer chez l'homme serait le cancer du foie avec 6 129 décès et en cinquième position arriverait le cancer de la vessie avec 3 778 décès. Le cancer le moins fréquent serait celui des testicules avec une estimation de 83 décès pour l'année 2017. L’estimation du nombre de décès par cancer s’élève à 150 000 homme et femme confondus dont 56 % concernant les hommes, parmi lesquels on dénombrerait 84 000 décès par cancer confondu.

Des projections à comprendre avec précautions

Pour réaliser ce rapport, les chercheurs du réseau des registres des cancers Francim, du service de biostatistique des Hospices civils de Lyon, de Santé publique France et de l’Institut national du cancer ont réuni leurs informations. Le rapport est actualisé tous les deux ans, à la demande de l’Institut national du cancer (INCa) et de Santé publique France. Le but étant d’estimer à très court-terme les nombres attendus de nouveaux cas et des décès par cancers au niveau national. Ces projections pour l'année 2017 ont été obtenues grâce aux données observées jusqu’en 2013 dans les départements du réseau Francim ainsi que des données de mortalité du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l'Inserm-CépiDc. Toutefois, il est nécessaire de rappeler que ces informations restent des projections estimées reflétant des hypothèses. Les travaux d'estimation et de tendances sont les seuls à pouvoir être exploités comme données réelles. Ils sont réalisés tous les 5 ans et les prochains seront édités en 2019.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité