Le régime à éviter après 50 ans qui réduit l'espérance de vie

Le régime à éviter après 50 ans qui réduit l'espérance de vie©iStock

Un régime parfois adopté pour perdre du poids pourrait faire plus de mal que de bien à partir de la cinquantaine, en jouant sur le vieillissement et l’espérance de vie. Découvrez pourquoi.

Publicité
Publicité

Les régimes sont-ils bons à tous les âges ? Pas si sûr… En effet, un régime riche en protéines pourrait faire plus de mal que de bien passé le cap de la cinquantaine. Si cette diète peut aider à perdre du poids sur le court terme, elle serait susceptible de raccourcir l’espérance de vie à partir de 50 ans, rapporte le Daily Mail.

Publicité

A chaque âge sa nutrition

Et pour cause : "on présume qu’un régime alimentaire sain est le même si vous êtes un enfant de cinq ans ou une personne de 60 ans, mais nous n’avons pas les mêmes exigences nutritionnelles tout au long de la vie" souligne Steve Simpson, professeur en sciences de la vie à l’université de Sydney (Australie), interrogé par le Daily Mail . Cela s'expliquerait par le fait que le métabolisme évolue au fil des années. Il faudrait donc adapter son alimentation à chaque période de la vie. A l’âge adulte, il est recommandé de consommer environ 100 grammes de protéines par jour. Mais, après 50 ans, le professeur Simpson révèle qu’une alimentation contenant "une proportion plus faible de protéines et une proportion plus élevée de glucides complexes dont des céréales, des légumineuses et des légumes, favorise une vie plus longue".

Protéines, lipides et glucides : attention aux proportions

Mais les protéines ne sont pas les seules à intervenir dans l’espérance de vie. Le professeur Simpson et son équipe viennent de publier une étude dans la revue Ageaing Tesearch Reviews, dans laquelle ils expliquent qu’un régime respectant une restriction en protéines mais aussi une restriction en calories et en certains acides aminés comme la méthionine ou le tryptophane (constituants de certaines protéines), retarde le vieillissement – au moins chez les souris. Selon ces scientifiques, le respect des proportions des différents macronutriments (protéines, glucides et lipides) dans l’alimentation pourrait être aussi important que leur apport quantitatif total.

Vidéo. Les secrets du régime hyprotéiné

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité