Le président russe Vladimir Poutine serait atteint d'autisme

Publicité

Selon un rapport du ministère de la Défense américaine, jusqu'ici secret, le président de la Russie, Vladimir Poutine, serait atteint du syndrome d'Asperger, une forme particulière d'autisme.

Publicité

L'image extrêmement contrôlée de Vladimir Poutine serait-elle liée à une maladie ? La question se pose aujourd'hui avec la révélation d'un rapport du Pentagone (ministère de la Défense américaine) datant de 2008 mais resté jusqu'ici secret. D'après nos confrères du Parisien qui relatent l'information, le président russe souffrirait du syndrome d'Asperger, une forme particulière d'autisme "qui affecte toutes ses décisions" et l'obligerait à être dans un "contrôle maximum" de lui-même en période de crise. C'est en analysant les attitudes de son visage à partir de vidéos que des spécialistes militaires ont découvert des troubles caractéristiques dans le développement neurologique de Vladimir Poutine, se traduisant notamment par un déséquilibre physique, un regard toujours fixe, et des relations sociales compliquées. Toujours selon le rapport, le chef de la Russie présenterait une "hypersensibilité" et "une forte dépendance au combat, aux réactions froides ou donnant l'impression de fuir". Le rapport révélé par le quotidien américain USA Today aurait été minimisé et n'aurait pas été envoyé au secrétaire de la Défense.

Qu'est-ce que le syndrome d'Asperger ?

Publicité
Le syndrome d’Asperger est une forme particulière d’autisme qui affecte presque exclusivement des garçons et dans laquelle, entre autres, le malade présente des centres d’intérêt et des activités limitées et répétitives. Ses causes restent inconnues bien qu’on suppose qu’elles soient d’origines neuro-biochimique et génétique. Les patients qui souffrent du syndrome d’Asperger sont des autistes d’un genre un peu particulier. Ils sont incapables d’établir des relations et de mettre en place des interactions sociales (regards, mimiques, gestes…). Par ailleurs, ils éprouvent peu d’empathie et ne savent pas ce que les autres ressentent (cécité mentale). Néanmoins, les difficultés de communication, dans le syndrome d’Asperger, sont essentiellement dues au fait que les malades ne savent pas comment interpréter les informations qu’ils reçoivent (si elles sont abstraites par exemple). Ils ne savent pas non plus réagir spontanément de façon appropriée à celles-ci.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité