Le lavage du sperme : c’est possible et même utilisé dans le cadre de la PMA en cas de séropositivité

Publicité

La technique de lavage du sperme réconcilie désir d’enfant et Sida. Pratiquée chez les couples hétérosexuels dont l’homme est séropositif, elle permet une PMA utilisant des spermatozoïdes débarrassés du VIH.   

Publicité

© Adobe StockProcréation et Sida ne sont désormais plus incompatibles. "Il existe aujourd’hui des techniques de PMA* efficaces qui permettent de répondre au désir d’enfants des personnes infectées par le virus", rappelle en effet l’Institut Valencien de l’Infertilité (IVI) dans un communiqué publié le 1er décembre 2017. La technique la plus efficace pour un couple hétérosexuel dont l’homme est séropositif (couple sérodiscordant) repose sur la méthode insolite de lavage du sperme, suivi d’une fécondation in vitro (FIV) simple ou d’une FIV avec injection intracytoplasmique (ICSI). Ce procédé permet à un couple sérodiscordant "d’éviter le risque de contamination, aussi bien pour la mère que pour le futur bébé".

3 lavages pour éliminer les cellules infectées par le VIH

Publicité
Mais en quoi consiste cette méthode ? Le principe de ce lavage est de séparer les spermatozoïdes (non infectés par le VIH) des autres composants du sperme pouvant contenir le virus.
Le premier lavage a lieu dans un milieu de culture et permet d’élimine le plasma séminal de l’échantillon de sperme, liquide où se trouveront "les cellules susceptibles d'être infectées par le virus (leucocytes, etc.)." Puis, un deuxième lavage permet de sélectionner les spermatozoïdes mobiles. Enfin, un dernier lavage consiste à sélectionner les spermatozoïdes qui ont la meilleure mobilité.

Déjà 175 bébés nés de cette technique

Mais le procédé ne s’arrête pas là : il faut maintenant s’assurer que le lavage a été efficace."Une fois lavée et avant d’être utilisée, la moitié de l'échantillon de spermatozoïdes est stockée dans une banque de sperme en quarantaine et l'autre moitié est analysée, au moyen de tests de biologie moléculaire, afin de confirmer l'absence de virus dans l'échantillon traité. Si elle se révèle négative, l'échantillon congelé peut être utilisé.", détaille l’IVI. Les spermatozoïdes seront alors inséminés dans le cadre d’une FIV simple ou d’une FIV ICSI. Cette dernière présente l’avantage de requérir un nombre moindre de spermatozoïdes et de réduire encore le risque d’infection "car un seul spermatozoïde est utilisé par ovocyte et non l'échantillon entier, ce qui évite d'exposer le patient à l'ensemble de l'échantillon", précise le communiqué. C’est ainsi que les cliniques IVI en Espagne ont réalisé 435 lavages de sperme entre 2001 et 2016, qui ont abouti à la naissance de 175 bébés.

*PMA : procréation médicalement assistée, ou assistance médicale à la procréation (AMP).

Vidéo. Le sida en images

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité