Lavage des mains: 6 astuces pour réduire vraiment les bactéries

Publicité

L’OMS vient de promouvoir une nouvelle manière de se laver les mains en 6 étapes au lieu des trois étapes traditionnelles (prendre du savon, se savonner vigoureusement et rincer).

Publicité

Les mauvaises bactéries se transmettent pour beaucoup par les mains. Pour réduire encore plus le risque de la transmission, une nouvelle étude écossaise propose une nouvelle méthode de lavage des mains en 6 étapes.
Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs de l’université de Glasgow Caledonian ont observé le lavage de mains de 42 médecins et 78 infirmières après leurs visites médicales. Ils utilisaient un désinfectant à base d’alcool.

Emergeant de cette observation, la technique en 6 étapes a été jugée microbiologiquement plus efficace pour réduire le nombre de bactéries médianes (de 3,28 à 2,58) par rapport au procédé en 3 étapes (de 3,08 à 2,88).
Seul désavantage : le temps de la nouvelle méthode, de 25% plus long que la précédente (42,5 secondes au lieu de 35 secondes).

Publicité
Moins de risques d'infections en milieux hospitaliers grâce à l’hygiène des mains

Voici les différentes étapes après s’être mouillé les mains à l’eau et saisit d’un savon ou d’un désinfectant :

1) Frotter les paumes ensembles avec les doigts fermés,
2) Puis ensemble avec les doigts entrelacés,
3) Frotter la paume droite sur le dos de la main gauche en entrelaçant vos doigts, et vice versa en s’assurant de vraiment frotter entre les doigts,
4) Coller vos doigts et les frotter dos à dos, les mains vers vous
5) Croiser le pouce gauche dans la paume droite et frotter dans un mouvement de rotation jusqu’à l’extrémité du pouce, et vice versa,
6) Frotter l’intérieur de la main droite avec les doigts gauches collés et vice versa.

Selon l’OMS, les infections acquises dans les milieux où l’on procure des soins de santé font partie des effets indésirables les plus fréquents dans cette prestat

Publicité
"L'hygiène des mains est l’intervention la plus importante pour réduire les infections associées aux soins, mais il existe peu de preuves de l’efficacité de telle ou telle technique», a déclaré Jacqui Reilly, auteur principal de l'étude et professeur de prévention et de contrôle des infections à l'Université de Glasgow Caledonian. "Cette étude est une base pour les meilleures pratiques à mettre en œuvre sur les lignes de front des soins de santé".
anté".

Vidéo. Et si on arrêtait de se serrer la main pour se dire bonjour ?



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité