Laser : un nouveau moyen de dépister Alzheimer et Parkinson ?

Publicité

Selon une étude menée par des scientifiques suédois et polonais, il serait possible de dépister des maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson au laser.

Publicité

Selon les chercheurs des universités de Chalmers (Suède) et Wroclaw (Pologne), le laser pourrait permettre de détecter une maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Dans leur étude, ils expliquent que la lumière à haute intensité du laser est moins bien absorbée par les protéines dites "agrégées" que l’on retrouve uniquement chez les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Ces protéines absorbent le rayon laser d’une façon non linéaire tandis que les protéines non agrégées que l'on trouve dans les cerveaux sains l'absorbent de façon linéaire. "Il est donc possible de les distinguer en appliquant simplement un faisceau laser ciblé", explique le Dr Stéphane Haik, directeur de recherche à l’Inserm au Figar o.

Une technologie moins toxique

Publicité
"Cette technique est non invasive et ne requiert pas d’agent de contraste potentiellement toxique comme pour l’imagerie cérébrale", explique Piotre Hanczyc, auteur de l’étude. Il ajoute qu’il souhaiterait voir si en augmentant la lumière il serait possible de détruire les fibrilles (filaments situés dans les protéines agrégées qui, en s'associant, créent des lésions cérébrales). Cette étude ayant été effectuée in vitro, il faut maintenant vérifier les résultats sur des modèles cellulaires et sur des patients humains.

La maladie de Parkinson expliquée en images :

Source: Multiphoton absorption in amyloid protein fibres , Piot Hanczyc, Nature Photonics, 3 novembre 2013.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité