La pratique sexuelle dont vous devez parler à votre médecin

Publicité

Une étude américaine montre que la moitié des couples qui ont recours à cette pratique sexuelle en parle à leur médecin afin qu'il dispose des informations nécessaires pour bien les prendre en charge en cas de petit accident.

Publicité

© IstockChristian Grey et Anastasia Steele, les héros du film 50 nuances de Grey , relatant la relation sadomasochiste entre un milliardaire et une jeune étudiante en littérature sont de retour au cinéma. Si leurs ébats coquins teintés de latex et de coups de martinet émoustillent beaucoup de spectactrices à l'écran, il existe quelques dangers à connaître avant de tenter l'expérience chez soi. Une étude récemment publiée dans le Journal of Sexual Medicine rapporte que la moitié de initiés au sadomasochisme (BDSM) informe leur médecin de leurs pratiques sexuelles.

Le médecin doit connaître toutes les informations pour bien soigner

Même si s'attacher avec des lanières en cuir, de la corde, ou se faire mal procure du plaisir à certains, il ne faut pas oublier qu'une blessure est vite arrivée. Or un bleu mal soigné peut devenir un hématome, parfois le BDSM provoque une irritation des tissus du vagin ou encore des blessures au scrotum. Pire encore, certaines pratiques imposent de contrôler la respiration de l'autre ce qui est très dangereux lorsqu'on est asthmatique", prévient Anna M. Randal, experte d'un centre de recherche sur les sexualités alternatives interrogée par le magazine américain Cosmopolitan .

Le problème c'est que lorsqu'ils sont blessés les adeptes du BDSM n'osent pas en parler à leur médecin de peur d'être jugés ou que cela ne soitpris pour de la violence conjugale. Mais, "pour pouvoir être correctement soignée il faut que le médecin dispose de toutes les informations", alerte la spécialiste.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité