La perte de l’odorat, synonyme de mort dans les 5 ans ?

Publicité

La diminution des capacités du nez à sentir les odeurs pourrait être un nouveau moyen de diagnostiquer un décès dans les cinq années suivantes, selon une étude américaine.

Publicité

L’étude inquiète et pour cause. Les chercheurs de l’université de Chicago (Etats-Unis) ont déterminé que la perte de l’odorat chez les personnes âgées de 57 à 85 ans pourrait prédire un décès dans les cinq ans suivants. Seulement 10% des personnes suivies, possédant un odorat normal sont mortes durant cette période. Le chiffre monte à 39 % lorsque les sujets n’étaient pas capables de reconnaître certaines odeurs comme l’orange, le cuir, la rose ou encore le poisson.

L’odorat, un facteur parmi d’autres

Publicité
"Le centre du goût et des odeurs de l’université de Pennsylvanie a reçu des appels de personnes affolées", raconte le Pr Richard Doty. "La grande majorité des personnes avec une perte d’odorat vivent bien au-delà des cinq ans annoncés dans cette étude", rappelle t-il. La perte de l’odorat est un marqueur intéressant de la longévité, mais il ne suffit pas pour établir un diagnostic fiable. En effet, il faut l’additionner avec d’autres données comme une dentition qui se détériore, une mauvaise pression sanguine ou encore un foie malade.

L’étude a été publiée dans la revue scientifique Plos One .

Vidéo. Renifler du beurre de cacahuète pour diagnotiquer Alzheimer

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité