Johnny Hallyday : un ami révèle que son cancer serait métastasé depuis mars

Publicité

Gilles Lhote ami et auteur du livre Johnny le guerrier à paraître le 30 novembre prochain révelerait dans son ouvrage que lors de l'annonce du cancer de Johnny Hallyday  la maladie était déjà métastasée dans l'organisme, selon Gala.fr.

Publicité

© AFPDe nouvelles révélations sur le cancer de Johnny Hallyday seraient à venir. Le 30 novembre prochain, son ami et journaliste Gilles Lhote va sortir un livre intitulé Johnny Le Guerrier . Selon le magazine Gala.fr on y apprendrait dedans que lors de l'annonce de son cancer du poumon, le 8 mars dernier, la maladie du rockeur français était déjà métastasée.

"Je suis revenu au pays des vivants"

Publicité
Lorsqu'un cancer a métastasé on dit qu'il se propage dans l'organisme. Une métastase se forme à partir de cellules métastatiques (certaines le sont, d'autres pas) qui se détachent d'une tumeur dite "primitive". Elles migrent dans la circulation sanguine et peuvent finir par former un petit amas qui se trouvera bloqué dans des vaisseaux capillaires d’un autre organe, à distance de la tumeur. Elles perceront la paroi de ces vaisseaux pour coloniser ce nouvel organe. Elles peuvent aussi migrer dans la circulation lymphatique pour envahir les ganglions.

Dans son livre, Gilles Lhote explique toujours selon Gala.fr , que Johnny Hallyday, aurait tenté de "nouveaux protocoles de chimiothérapie" pour ensuite passer à l'immunothérapie moins agressive. L'auteur et ami de la star y décrit un véritable combattant contre la mort et rapporte une déclaration à l'image du titre du livre : "quand j’ai failli mourir, je suis allé voir de l’autre côté comment ça se présen­­tait. Je n’ai pas aimé du tout ce que j’ai vu, alors je suis revenu au pays des vivants".

Métastase : quels traitements ?

Un cancer devenu métastatique se traite de la même façon que le cancer primaire (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie, hormonothérapie, biothérapie). Aujourd'hui, les stratégies thérapeutiques sont de plus en plus "sur mesure", c'est-à-dire en fonction de la carte d'identité de la tumeur et de sa capacité à produire des métastases.
Dans tous les cas, la qualité de vie du patient est une préoccupation majeure : elle passe par la prise en charge de la douleur physique et psychologique, ainsi qu’une attention particulière portée sur la nutrition afin d'éviter une perte de poids trop importante, l’exercice physique et le sommeil.

Vidéo. Métastases : les signes qui ne trompent pas

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité